Menu

Les radars : comment les reconnaître et pourquoi sont-ils utiles ?

Tout sur les types de radars et leur importance sur la sécurité

En France, en 2018, ce sont 4 700 radars automatiques qui, depuis le bord des routes françaises, contrôlent tous les jours les véhicules. Fixe, embarqué, sur un tronçon… Plusieurs types d’appareils permettent de déceler les excès de vitesse avec l’objectif d’inciter les automobilistes à lever le pied et réduire le nombre d’accidents mortels. Comment reconnaître un radar ? Sont-ils réellement efficaces ? Combien rapportent-ils chaque année ? Le point complet avec La Matmut.

Quels sont les différents types de radars en France ?

Les radars ont fait leur apparition au bord des routes françaises en 2003. En 15 ans, les appareils de contrôle de vitesse se sont largement développés, et ce, sous plusieurs formes.

Le radar fixe

Les radars fixes ont été les premiers mis en place et sont les plus reconnaissables par les automobilistes. Ces appareils contrôlent la vitesse des véhicules lorsqu’ils passent à leur niveau et peuvent flasher aussi bien de face que par derrière, dans un ou dans les deux sens de circulation. Selon la Sécurité routière, au 1er juillet 2017, 2 016 radars fixes étaient déployés en France, principalement sur des routes accidentogènes, où les contrôles et aménagements sont rendus impossibles, ou à intervalle régulier sur les grands itinéraires (autoroute, par exemple). Ces appareils sont obligatoirement signalés en amont.

Pour les axes en dessous de 100 km/h, une marge d’erreur de 5 km/h s’applique favorablement pour le conducteur. Au-delà de 100 km/h, la marge passe à 5 %.

Vitesse limite Marge de tolérance Excès de vitesse à partir de…
50 km/h 5 km/h 56 km/h
70 km/h 5 km/h 76 km/h
80 km/h 5 km/h 86 km/h
90 km/h 5 km/h 96 km/h
110 km/h 5,5 km/h 116 km/h
130 km/h 6,5 km/h 137 km/h

Le radar embarqué

Le radar embarqué se situe à bord d’un véhicule stationné au bord de la route. Il peut aussi être mis davantage en évidence, hors du véhicule, à proximité de la route. Dans les faits, son fonctionnement ne diffère pas d’un radar classique : il calcule et enregistre les excès de vitesse, tout en appliquant les mêmes marges de tolérance qu’un radar fixe « classique ».

On dénombrait 501 radars embarqués sur le territoire, au 1er juillet 2017. Généralement, les automobilistes sont susceptibles de les rencontrer sur des routes où la vitesse cause un grand nombre d’accidents, et régulièrement sur les grands axes. Contrairement au fixe, la présence d’un radar embarqué n’est pas signalée aux véhicules.

Le radar tronçon

Le radar vitesse moyenne, plus communément appelé le radar tronçon, est moins visible pour les automobilistes. Il prend la forme de caméras de surveillance reliées à un lecteur de plaques d’immatriculation. Les appareils réalisent deux clichés du véhicule, lorsqu’il pénètre puis sort de la zone de contrôle. La vitesse moyenne est calculée suivant les horaires d’entrée et de sortie de la portion de route contrôlée, pouvant s’étendre sur plusieurs kilomètres. Les radars vitesse moyenne sont situés sur les routes considérées comme dangereuses en raison de leurs typologies (descentes, ponts, viaducs, etc.).

Comme pour les radars fixes et embarqués, une marge d’erreur de 5 km/h (ou 5 %) s’applique en faveur de l’automobiliste. Il y avait 103 radars vitesse moyenne au bord des routes françaises au 1er juillet 2017. Ils sont signalés via des panneaux, en amont de la zone de contrôle.

Le radar de feu

Le radar de feu n’est, lui, pas utilisé pour contrôler la vitesse mais le bon respect des feux rouges par les automobilistes. Deux photos sont prises par l’appareil : une première si le véhicule franchit la ligne d’effet des feux (le marquage au sol au niveau duquel les véhicules doivent s’arrêter), et la seconde s’il franchit totalement le feu rouge. Seule la deuxième photo entraîne une contravention. Si le conducteur s’arrête au pied du feu après franchissement de la ligne d’effet, il ne sera pas sanctionné.

Au 1er juillet 2017, 701 feux étaient équipés de ces radars. Ils sont principalement situés à des endroits avec une forte concentration de piétons et sur des axes où la traversée est dangereuse (grand carrefour, forte circulation, passage de tramway, etc.). La présence de ces radars n’est pas indiquée puisque les feux tricolores représentent un signalement en soi, et les conducteurs doivent naturellement les respecter.

À lire aussi : La vitesse au volant : limitations en vigueur, les risques et les sanctions

Les radars sont-ils utiles ?

Si pour certains automobilistes en colère, les radars ne sont qu’un moyen de les sanctionner financièrement, ces appareils de contrôle ont la vocation première de réduire le nombre d’accidents sur les routes et de faire ainsi baisser la mortalité. Mais cette mesure s’est-elle avérée utile ?

Les chiffres de la Sécurité routière donnent raison à la mise en place des radars. Depuis leur instauration en 2003, on constate une baisse moyenne de 66 % des accidents mortels à proximité de ces appareils, c’est-à-dire dans des zones particulièrement accidentogènes. Après 10 ans de fonctionnement, en 2012, une estimation faisait état de 23 000 vies sauvées sur les routes sur la décennie. Cela s’explique par une plus grande vigilance des automobilistes qui ont baissé leur vitesse moyenne de 91 km/h à 80 km/h.

Radars : quelles sanctions encoure-t-on en cas d’excès de vitesse ?

Si vous êtes flashé par un radar, le montant de la contravention et les sanctions encourues varient selon votre vitesse et l’axe sur lequel vous avez commis cette infraction.

Infraction Montant de l’amende Nombre de point(s) retiré(s) Peines complémentaires
Excès de vitesse inférieur à 20 km/h (limitation supérieure à 50 km/h) 68 euros 1 point X
Excès de vitesse inférieur à 20 km/h (limitation inférieure ou égale à 50 km/h) 135 euros 1 point X
Excès de vitesse égal ou supérieur à 20 km/h et inférieur à 30 km/h 135 euros 2 points X
Excès de vitesse égal ou supérieur à 30 km/h et inférieur à 40 km/h 135 euros 3 points Suspension de 3 ans du permis de conduire
Excès de vitesse égal ou supérieur à 40 km/h et inférieur à 50 km/h 135 euros 4 points Suspension de 3 ans du permis de conduire. Confiscation du véhicule.
Excès de vitesse égal ou supérieur à 50 km/h 1 500 euros 6 points Suspension de 3 ans du permis de conduire (sans sursis ni « permis blanc »). Confiscation du véhicule en cas de récidive.
Excès de vitesse égal ou supérieur à 50 km/h en récidive 3 750 euros 6 points Suspension de 3 ans du permis de conduire (sans sursis ni « permis blanc »). Immobilisation ou confiscation du véhicule. Peine de 3 mois prison.
Franchissement d’un feu rouge 135 euros 4 points X

À lire aussi : Quelles sont les infractions routières qui entraînent la perte de points ?

Radars : combien rapportent-ils à l’État ?

En 2016, les infractions routières ont rapporté 1,8 milliard d’euros à l’État. Sur cette somme, 920 millions d’euros proviennent des radars automatiques. Comment est utilisé cet argent ? Sur les 920 millions d’euros, 75 millions (soit 8 %) sont reversés au titre du désendettement de l’État. Les 92 % restants sont dispatchés comme suit :

  • 240 millions d’euros à la Sécurité routière : entretien et amélioration du parc de radars, gestion des points du permis de conduire, campagnes de sensibilisation…,
  • 255 millions d’euros aux collectivités territoriales : création de parcs de stationnement, aménagement des carrefours, sécurisation des transports en commun, gestion du trafic…,
  • 350 millions d’euros à l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) : rénovation du réseau routier, aménagement de sécurité routière, sécurisation des tunnels…

À noter que selon le projet de loi de finances 2018, le montant des amendes liées aux 4 700 radars automatiques implantés sur le territoire pourrait atteindre 1,029 milliard d’euros pour l’année en cours.

À lire aussi : Que peut-on faire au volant et qu’est-ce qui est interdit ?

La Matmut vous accompagne sur les routes au quotidien et vous propose des formules d’assurances auto adaptées à vos besoins et à votre budget. Réalisez votre devis en 1 minute et trouvez l’assurance auto qui vous convient.



POUR ALLER PLUS LOIN :

Publié en août 2018