Menu
Accueil / Assurance Habitation / Conseils / Bruits de voisinage : quels sont les recours possibles ?

Bruits de voisinage : quels sont les recours possibles ?

Publié en décembre 2018

Selon le baromètre Qualitel-Ipsos dévoilé chaque année, le bruit de voisinage est le premier responsable des tensions entre voisins en 2017. Quelle forme prennent ces nuisances sonores et quelle attitude adopter pour s’en débarrasser ?

Bruits de voisinages : quels sont-ils ?

Les bruits de voisinage sont des bruits dits de comportement. Ils sont définis dans l’article R. 1336-5 du Code de la santé publique. Sont considérés comme bruits de comportement affectant la tranquillité des voisins tous les bruits provoqués de jour comme de nuit. Ces nuisances sonores peuvent être perpétrées :

  • par la ou les personnes occupant le logement : cris, bruits de pas, chants, etc.,
  • par un animal : aboiements continus, par exemple,
  • par un objet en particulier : télévision, système de son, électroménager, outils de bricolage entre autres.

Pour être considérés comme bruits de voisinage entrainant une nuisance sonore pour les voisins, ces bruits doivent être répétés régulièrement, à forte intensité et durer dans le temps.

BON À SAVOIR :
Si des bruits de comportements sont perpétrés de nuit, on parle de tapage nocturne. Ces bruits - même s'ils sont exceptionnels - sont passibles d'une amende.

Quelles démarches effectuer en cas de nuisance sonore ?

Face aux nuisances sonores, il convient d’adopter deux attitudes différentes : avant de se lancer dans des procédures juridiques à l’encontre des auteurs des bruits de voisinage, il est conseillé de privilégier une approche amiable.

Régler les troubles du voisinage à l’amiable

Dans un premier temps, il faut informer la personne responsable de la nuisance occasionnée. Si les bruits continuent malgré cette première démarche, il convient d’envoyer un courrier recommandé avec accusé de réception à la personne. Si malgré tout, les bruits persistent, il faut faire appel à une tierce personne, comme le syndic dans le cadre d’une copropriété, ou le conciliateur de justice. En dernier recours amiable, l’intervention d’un huissier de justice peut s’avérer nécessaire pour constater les nuisances avant d’initier une procédure en justice.

Faire appel aux autorités

Si malgré tous les efforts pour régler la situation à l’amiable le voisin ne cesse pas ses agissements, vous pouvez faire appel aux forces de l’ordre pour qu’elles constatent les nuisances sonores. En complément, vous pouvez déposer une main courante au commissariat ou auprès de la gendarmerie. Si rien ne change, il convient de déposer une plainte auprès du procureur de la République pour engager une procédure pénale. Attention, il faut disposer de preuves et de témoignages pouvant attester de la gêne occasionnée par les bruits de comportement.

Que risque l’auteur du bruit ?

La personne responsable des nuisances sonores, si ces dernières sont avérées, peut avoir à régler une amende forfaitaire de 68 € - amende qui passe à 180 € si l’auteur des faits ne règle pas la première amende sous 45 jours. Si l’affaire aboutit aux tribunaux, le juge peut demander l’insonorisation du logement de l’auteur des bruits de voisinage et exiger la résiliation de son bail s’il est locataire.

Si les nuisances sonores sont considérées comme des agressions sonores, la sanction sera plus lourde. La personne reconnue coupable de ces faits encourt jusqu’à un an de prison et 15 000 € d’amende.

Retour à la liste des articles

La Matmut vous accompagne

La Matmut assure votre résidence principale et votre résidence secondaire. Choisissez parmi nos différentes garanties pour bénéficier de la meilleure couverture possible.

Devis en ligne

Responsabilité civile

À lire aussi :

Assurance habitation : à quoi sert la responsabilité civile ?

En cas de dommage causé involontairement à un tiers, la loi prévoit une obligation de réparer le préjudice engendré, qu’il s’agisse de dégâts matériels ou corporels : c’est la responsabilité responsabilité civile. Pour couvrir ces risques, l’assurance responsabilité civile est généralement comprise dans l’assurance habitation. À quoi sert cette garantie responsabilité civile exactement ? Qui couvre-t-elle, et dans quelles circonstances ?