Menu
Accueil / Mutuelle Santé Ociane / Conseils / Le diabète : définition, symptômes, traitements et remboursements

Le diabète : définition, symptômes, traitements, prise en charge par la Sécurité sociale

Publié en décembre 2018

Le diabète est une maladie qui touchait 3,5 millions de personnes en France en 2015, ce qui représente environ 5,4 % de la population. Ce chiffre tend à augmenter au fil des années, que cela soit en France ou dans le monde. Qu’est-ce que le diabète ? À quoi est-il dû ? Quels en sont les symptômes et comment la maladie est-elle traitée ?

Qu’est-ce que le diabète ?

Le diabète est une maladie chronique due à un excès de glucose (sucre) dans le sang, aussi appelé hyperglycémie. C’est l’incapacité du corps à produire de l’insuline (une hormone ayant vocation à faire baisser le taux de sucre dans le sang) ou sa mauvaise utilisation par l’organisme qui en sont à l’origine.

Une personne est déclarée diabétique lorsque son taux de glycémie à jeun est égal ou supérieur à 1,26 g/l ou 7 mmol/l de sang suite à deux tests successifs.

On distingue deux types de diabète : le type 1 et le type 2.

Qu’est ce que le diabète de type 1 ?

Le diabète de type 1 est caractérisé par une production d’insuline insuffisante voire inexistante par le pancréas. Il touche majoritairement des sujets jeunes, à savoir les enfants, adolescents et jeunes adultes.

Qu’est ce que le diabète de type 2 ?

Le diabète de type 2 est caractérisé par les éléments suivants :

    • il se manifeste souvent après 20 ans,
    • il est dû à un mauvais usage de l’insuline par l’organisme,
    • le développement de la maladie est insidieux et s’étale sur plusieurs années.

On distingue :

  • la phase 1, l’insulinorésistance : l’organisme devient avec l’âge plus résistant à l’insuline et le glucose s’accumule dans le sang,
  • la phase 2, l’hyperinsulinisme : le pancréas augmente sa production d’insuline afin de s’adapter et de lutter contre la résistance des cellules à l’insuline,
  • la phase 3, l’insulinodéficience : au bout de plusieurs années, souvent plus d’une dizaine, le pancréas est épuisé et peine à sécréter de l’insuline. Le taux de sucre dans le sang n’est donc plus régulé.  

Le diabète de type 2 représente 90 % des cas de personnes atteintes de diabète en France et touche environ 2,5 millions de personnes en France.

Quels sont les symptômes du diabète ?

Pour le diabète de type 1, plusieurs symptômes doivent alerter :

  • une soif intense,
  • des urines abondantes,
  • une fréquente envie d’uriner,
  • un amaigrissement rapide,
  • une augmentation de l’appétit,
  • une importante fatigue,
  • une vision trouble.

L’absence de traitement du diabète de type 1 peut occasionner l’apparition d’autres symptômes comme des nausées, des vomissements, une perte d’appétit, de la somnolence, d’importants troubles de la vue, des urines à l’odeur anormale et une haleine à l’odeur fruitée.

Les symptômes du diabète de type 2 se font souvent rares voire inexistants pendant plusieurs années. La découverte de la maladie est fréquemment due au hasard et survient par exemple à l’occasion d’une analyse pour un tout autre problème de santé.

Dans les cas où des symptômes se manifestent, ils s’avèrent souvent similaires à ceux du diabète de type 1, mais peuvent se montrer moins marqués. Il faudra également prendre en compte d’autres signes d’alerte comme la cicatrisation anormalement lente d’une plaie, des infections fréquentes et/ou des démangeaisons au niveau des organes génitaux.

Quelles sont les causes du diabète ?

Les causes du diabète ne sont pas encore parfaitement établies, mais des pistes ont été trouvées par les scientifiques.

Le diabète de type 1 et le diabète de type 2 peuvent survenir en raison de prédispositions génétiques. Pour le diabète de type 1, le risque de souffrir de diabète est de 4 à 8 % si l’un des parents est atteint de diabète et de 30 % si les deux parents en sont atteints.

Pour le diabète de type 2, le risque s’élève à 40 % si l’un des parents est atteint et 70 % si les deux parents souffrent de la maladie. Les probabilités de contracter la maladie peuvent être accentuées par une alimentation déséquilibrée, le surpoids, l’obésité et/ou le manque d’activité physique.

Quels sont les traitements possibles contre le diabète ?

Traiter le diabète est indispensable. Même s’il est impossible à l’heure actuelle de guérir de cette maladie, il est possible de limiter les complications qu’elle est susceptible d’entraîner. Le diabète expose en effet à la dégradation du cœur, des vaisseaux sanguins, des yeux, des reins et des nerfs.

Les diabètes de type 1 et de type 2 sont traités de manière différente.

Comment est traité le diabète de type 1

Les personnes souffrant de diabète de type 1 doivent suivre un traitement à vie. Ce dernier consiste à apporter à l’organisme l’insuline lui faisant défaut. L’administration d’insuline se fait généralement par stylo à injection, seringue ou pompe à insuline plusieurs fois par jour.

Comment est traité le diabète de type 2 ?

Un traitement médicamenteux peut être prescrit pour soigner le diabète de type 2. Il prend la forme de médicaments dits « antidiabétiques » oraux ou injectables. Ces derniers peuvent avoir différents objectifs selon les cas. Il peut s’agir de stimuler la sécrétion s’insuline, de ralentir l’absorption des glucides, d’apporter de l’insuline mais aussi d’aider l’insuline à remplir son rôle.

 Le traitement du diabète de type 2 est susceptible d’évoluer au fil du temps et doit être couplé à une alimentation équilibrée et à une activité physique régulière.

Les voies complémentaires aux médicaments

En dehors des médicaments, d’autres éléments participent au traitement des diabètes de type 1 et 2. Il est recommandé aux personnes souffrant de cette maladie chronique :

  • d’adopter une alimentation équilibrée et variée,
  • de pratiquer une activité physique régulière,
  • d’arrêter de fumer,
  • de limiter leur consommation d’alcool.
     

Prise en charge et remboursement des soins liés au diabète

Les diabètes de type 1 et 2 sont considérés comme des affections de longue durée (ALD) exonérantes. À ce titre, les personnes qui en souffrent bénéficient d’une prise en charge de leur traitement par l’Assurance Maladie. En pratique, cela se manifeste par l’exonération du ticket modérateur pour les soins et les traitements. Les tarifs pris en compte sont les tarifs de référence définis par l’Assurance Maladie.

Seules la participation forfaitaire de 1 € et la franchise médicale appliquée aux boîtes de médicaments, plafonnée à 50 euros par an, peuvent rester à la charge du patient. Certaines dépenses, comme les hospitalisations, peuvent également être en partie à la charge de la personne diabétique. Une complémentaire santé peut être intéressante pour limiter ses dépenses en tant que malade.

RETOUR À LA LISTE DES ARTICLES

La Matmut vous accompagne

Renforcez votre protection santé avec la mutuelle santé Ociane Groupe Matmut. Découvrez nos différentes formules et souscrivez à celle qui correspond à vos besoins.

Devis santé en ligne

Franchise médicale

À lire aussi :

La franchise médicale en pratique : ce qu’il faut savoir

Lorsque votre Caisse d’Assurance Maladie vous rembourse des frais de santé que vous avez payés, une franchise médicale est déduite du montant de votre remboursement. À combien s’élève cette franchise ? Quelles sont les prestations médicales concernées ? Comment est-elle prélevée ? Le point sur la franchise médicale, avec la Matmut.