Menu
Accueil / Mutuelle Santé Ociane / Conseils / Maladie de Parkinson : quelle prise en charge ?

Maladie de Parkinson : quelle prise en charge ?

Publié en septembre 2020

La maladie de Parkinson concerne plus de 200 000 personnes en France. Cette maladie due à la destruction des neurones dopaminergiques situés dans le cerveau se manifeste principalement par des troubles du mouvement. Mais quelle est la prise en charge de la maladie de Parkinson ? Quels sont les différents traitements ?

Les traitements médicamenteux de la maladie de Parkinson

Les traitements médicamenteux de la maladie de Parkinson visent à pallier le manque de dopamine des personnes malades. On distingue trois types de traitement : l’administration d’une substance qui mime l’action de la dopamine, l’administration d’une substance qui bloque la dégradation de la dopamine, l’administration d’une substance qui se transforme en dopamine.

Les agonistes dopaminergiques

Les agonistes dopaminergiques atteignent le cerveau des personnes malades et se fixent sur les récepteurs naturels de la dopamine. Ces molécules imitent alors la dopamine en produisant les mêmes effets.

Le Levodopa

Le Levodopa ou L-dopa est une substance qui, dès lors qu’elle a franchi la barrière des méninges, se transforme en dopamine dans l’organisme des personnes atteintes par la maladie de Parkinson. En effet, il est impossible de donner de la dopamine directement aux patients car elle serait détruite par l’organisme avant même d’atteindre sa cible : le cerveau des patients. C’est la raison pour laquelle on prescrit ce médicament précurseur de la dopamine.

Les inhibiteurs

Dernier type de traitement médicamenteux pour la maladie de Parkinson, les inhibiteurs tels que la Sélégine, la Rasagiline, la Tolcapone ou l’Entacapone ont une action dopaminergique qui empêche la dégradation de la dopamine par les enzymes.

À lire aussi : Santé des seniors : quels sont les dépistages recommandés et les maladies à surveiller ?

La chirurgie comme solution à la maladie de Parkinson

Pour les patients atteints de la maladie de Parkinson sous la forme la plus grave, le recours à la chirurgie est possible. C’est le cas notamment pour les malades qui souffrent d’une détérioration de leur qualité de vie du fait du mauvais contrôle moteur.

L’intervention chirurgicale consiste en un acte appelé neurochirurgie stéréotaxique. Cette opération vise à implanter des électrodes dans une zone du cerveau profond. Ces électrodes, dissimulées sous la peau de la poitrine ou de l’abdomen, ont pour but de stimuler les régions du cerveau impliquées dans le mouvement. C’est la raison pour laquelle on parle aussi de stimulation cérébrale profonde.

À lire aussi : Quels sont les symptômes de la maladie de Parkinson ?

Un accompagnement pluridisciplinaire pour les patients atteints de Parkinson

La rééducation est un excellent complément au traitement de la maladie de Parkinson. Malheureusement, les soins prodigués par les professionnels de santé permettent d’améliorer la qualité de vie des patients, sans pouvoir arrêter l’évolution de la maladie.

La kinésithérapie

Spécialité paramédicale la plus connue, la kinésithérapie permet la rééducation mais aussi et surtout, dans le cas de la maladie de Parkinson, l’entretien des personnes ayant des troubles moteurs ou respiratoires. Pour les patients atteints de la maladie de Parkinson, les séances de kinésithérapie permettent d’entretenir muscles et articulations afin de maintenir et favoriser la mobilité des malades. La kinésithérapie favorise également l’équilibre, ce qui permet de continuer à marcher tout en prévenant les chutes.

L’orthophonie

Discipline paramédicale ayant pour but l’étude et le traitement des troubles du langage oral et écrit, l’orthophonie permet aux patients de prévenir et corriger les difficultés à parler. La rééducation orthophonique permet également de corriger les problèmes de déglutition qui apparaissent chez les personnes atteintes par la maladie de Parkinson, mais aussi la diminution de l’expression faciale et les problèmes d’écriture.

L’ergothérapie

Moins connue que la kinésithérapie, l’ergothérapie a pour but de maintenir, restaurer et permettre les activités humaines de manière autonome, efficace et sécurisée. Le rôle de ce professionnel de santé est ainsi de prévenir, réduire, voire supprimer les situations de handicap des malades.

Intermédiaire entre les besoins de la personne atteinte par la maladie de Parkinson et les exigences du quotidien, l’ergothérapeute intervient dans les aménagements utiles au logement afin de préserver l’autonomie des patients. L’ergothérapie facilite le quotidien des malades afin de leur permettre d’effectuer leurs soins personnels, les tâches domestiques quotidiennes, mais aussi leurs loisirs. L’ergothérapeute met tout en œuvre pour permettre aux malades de pouvoir avoir une vie la plus normale possible en leur offrant la possibilité de se déplacer, de travailler, et d’avoir des loisirs.

À lire aussi : Perte d’autonomie : tout ce qu’il faut savoir pour installer un monte-escalier

RETOUR À LA LISTE DES ARTICLES

La Matmut vous accompagne...

Avec la Mutuelle Ociane Matmut, bénéficiez d’un service d’accompagnement et d’assistance pour vous soulager en tant qu’aidant grâce à la Mutuelle Santé Senior.

Devis santé en ligne

Alzheimer symptômes

À lire aussi :

Maladie d’Alzheimer : quels sont les symptômes ?

Comment reconnaître cette maladie ? Quels sont les symptômes de la maladie d’Alzheimer ?