Menu
Accueil / Agents publics / Conseils / Protection juridique pour un militaire : est-ce indispensable ?

Protection juridique pour un militaire : est-ce indispensable ?

Publié en novembre 2020. 

La protection juridique des militaires est garantie par l’État. Elle vise à défendre les agents lorsqu’ils subissent une agression du fait de leur fonction, et organise leur défense lorsque ces derniers sont poursuivis pour des faits commis dans le cadre de leur service. Focus sur la protection juridique du militaire.

La protection juridique des militaires

Les agents du ministère de la Défense, à l’instar des militaires, bénéficient d’une protection juridique. Cette protection juridique des militaires, qui porte aussi le nom de « protection fonctionnelle », protège non seulement les militaires en activité ou non, mais également leurs conjoints, ascendants (parents, grands-parents) et descendants directs (enfants).

À quoi sert la protection juridique ?

L’assurance protection juridique, ou garantie protection juridique, permet de bénéficier d’une aide lors d’une procédure de justice. La protection juridique du militaire lui permet ainsi de faciliter le règlement des litiges en bénéficiant tout d’abord d’une assistance juridique. Cette assistance est pourvue par un service spécialisé qui échange avec l’assuré par téléphone, mail et courrier. D’autre part, la protection juridique permet une prise en charge des frais de justice engagés à la suite du litige. Cela implique les frais d’expertise, les frais de procédure et les honoraires d’un avocat.

À lire aussi : Comment bien assurer sa moto en tant que gendarme ?

Dans quelles circonstances demander la protection juridique ?

La protection juridique du militaire permet de protéger les agents de l’État lorsque ces derniers sont victimes d’infractions volontaires, mais aussi lorsqu’ils sont poursuivis pour des faits qu’ils ont commis.

La protection juridique pour le militaire victime d’infractions volontaires

Le militaire peut recourir à la protection juridique lorsque celui-ci est victime d’infractions pénales volontaires. Ces infractions doivent être liées à son service et survenir en raison de sa qualité de militaire. C’est le cas par exemple d’un gendarme pris pour cible avec une arme à feu lors de son service.

À l’inverse, des faits accidentels tels qu’un accident de la circulation ne sont pas éligibles à la protection juridique, et ce, même si le sinistre survient pendant le service de l’agent. En effet, le fait d’être militaire n’a alors aucun lien avec la survenance de ce type d’événement. Dans le cadre d’un accident de la circulation par exemple, les militaires peuvent s’appuyer sur la réglementation relative aux accidents de service.

À lire aussi : Quel est le salaire d’un gendarme ?

La protection juridique pour le militaire poursuivi

Un militaire peut bénéficier de la protection juridique lorsqu’il est poursuivi devant des juridictions pour des faits qu’il a commis dans le cadre de son service. Pour que la protection juridique fonctionne, les faits reprochés ne doivent en aucun cas être liés à une faute personnelle, telle qu’un excès de comportement ou des violences gratuites. Ainsi, si un militaire ayant agi dans le respect de la réglementation est impliqué dans des procédures judiciaires pour des faits liés à l’accomplissement de sa mission, il bénéficie alors de la protection juridique. À l’inverse, un militaire commettant des actes répréhensibles devra répondre de ses faits devant la justice sans pouvoir bénéficier de l’aide de l’État par le biais de la protection juridique. 

Le cas complexe des opérations extérieures

Lorsque les militaires sont déployés à l’étranger dans le cadre d’opérations extérieures (OPEX), il est fréquent qu’une procédure judiciaire ne permette pas la réparation du préjudice d’un militaire. Le ministère de la Défense peut alors décider de ne pas recourir aux services d’un avocat et de prendre en charge directement le coût de l’indemnisation. Ce fut le cas, par exemple, pour un agent grièvement blessé par un manifestant lors d’une opération de maintien de l’ordre au Kosovo. L’auteur de l’infraction n’ayant pas été identifié, l’État a préféré réparer intégralement le préjudice et les frais. En effet, il appartient à l’État de choisir la forme de protection juridique la plus adaptée selon la situation. La protection juridique s’inscrit donc comme un soutien indispensable à l’exercice des militaires.

Quelles que soient les circonstances de la demande de mise en oeuvre de la protection juridique des militaires, c'est le ministre de la défense qui décide, en tout état de cause, de la forme sous laquelle la protection est accordée et, le cas échéant, du montant de la prise en charge financière des frais à ce titre.

La Matmut vous accompagne

Les agents relevant du ministère de la Défense sont dévoués aux services des citoyens. Mais eux aussi doivent être protégés dans l'exercice de leur fonction.

Découvrir l'assurance dédiée aux agents publics

Sapeurs-pompiers de Paris, marins-pompiers de Marseille : comment intégrer ces corps prestigieux ?

À lire aussi 

Sapeurs-pompiers de Paris, marins-pompiers de Marseille : comment intégrer ces corps prestigieux ?

Ce sont deux unités d’élite dont le prestige dépasse largement les frontières de l’Île-de-France et des Bouches-du-Rhône. Corps prestigieux au recrutement très sélectif, les sapeurs-pompiers de Paris et les marins-pompiers de Marseille sont rattachés à l’armée et non à un SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) comme dans les autres villes. Missions, conditions d’accès, salaires… : focus sur des soldats pas comme les autres.