Menu
Accueil / Agents publics / Conseils / Professionnels de santé : se former pour progresser

Professionnels de santé : se former pour progresser

Publié en Octobre 2020.

Prendre le temps de se former quand on est soignant (cadre de santé, infirmière, infirmier, aide-soignante, aide-soignant, etc.) est essentiel pour s’adapter aux mutations sociales et réussir son parcours professionnel. Que l’on exerce ses fonctions à l’hôpital, en clinique ou en Ehpad, on est souvent débordé. Dans ces conditions, il est difficile de trouver le temps et la volonté de se lancer dans une formation santé, d’autant que l’éventail des enseignements et des matières est très large. Les formations continues sont nombreuses et les modes de financement varient selon les cursus. Voici quelques pistes explorées avec la Matmut pour trouver la formation ou spécialité dans la santé qui vous convient ; ouverture professionnelle et augmentation de salaire sont à la clé.

Quelle formation choisir ?

 Puériculture, hypnose, ostéopathie, psychiatrie, règles sanitaires, prise en charge de la douleur… Le choix est vaste. Dans le cadre de la fonction publique hospitalière, plus d’un million de dossiers sont traités chaque année. Les formations les plus faciles à décrocher sont bien sûr celles qui sont en rapport avec le métier exercé, notamment le soin, la qualité des soins, l’hygiène, la psychiatrie, la gérontologie. L’Association Nationale pour la Formation permanente du personnel Hospitalier (ANFH), OPCA de la fonction publique hospitalière, a adopté son plan stratégique 2020-2023 qui vise à accompagner le parcours des agents à travers toute une série de dispositifs de formations à la santé qualifiantes et certifiantes.

Exemple récent, dans le cadre de la prise en charge des patients atteints de la Covid-19, les Hôpitaux de Paris ont mis en place une plateforme de e-learning pour former les personnels soignants à la prise en charge des patients. En raison de la pénurie de professionnels de la santé, l’urgence est aussi de former des équipes pluridisciplinaires capables d’intervenir dans différents domaines.

À lire aussi : Quel parcours pour devenir aide-soignant ? 

Comment se former à la santé ?

 L’entretien annuel obligatoire permet de faire le point sur vos attentes. À ce moment, vous pouvez formaliser votre demande de formation avec le cadre de santé. Ce dernier rassemble toutes des demandes émanant des différents services et les adresse au service formation qui recontacte les agents après l’accord de la direction des ressources humaines. Il aide ensuite l’agent à constituer le dossier destiné à l’Opérateur de Compétences (OPCO ou OCPA) et ses délégations régionales, chargés d’accompagner les personnels de santé dans leurs démarches administratives et leurs recherches de financement. Ces parcours permettent de se spécialiser : devenir infirmière, cadre ou puéricultrice quand on a commencé comme aide-soignante par exemple.

Quelles aides pour financer sa formation ?

L’ANFH a collecté plus de 846,8 millions d’euros en 2019, ce qui a permis à 54,8 % des agents de la fonction publique hospitalière de bénéficier d’une formation annuelle. À travers ses différentes antennes, elle oriente les agents dans leur évolution professionnelle en leur proposant la formule la mieux adaptée à leur carrière : plan de formation, études promotionnelles, développement professionnel continu (DPC), congé de formation professionnelle (CFP), bilan de compétences, validation des acquis de l’expérience (VAE)… À tout moment, le soignant peut faire une demande et s’informer sur les modes de financements qui lui permettront de bénéficier de formations courtes et certifiantes (celles proposées le plus fréquemment par les établissements) ou encore de formations plus longues, menant vers une reconversion sans perte de salaire.

Professionnels de la santé : pensez aussi au Compte Personnel Formation (CPF)

 Particulièrement souple sur la durée, le Compte Personnel Formation (CPF) permet à toute personne active, dès l’âge de 16 ans et dès son entrée sur le marché du travail (par dérogation dès 15 ans pour les formations en apprentissage), d’acquérir des droits à la formation mobilisable tout au long de sa vie professionnelle. Depuis le 1er janvier 2019, le CPF est crédité en euros, et non plus en heures, comme l’était le Droit Individuel à la Formation (DIF) qu’il a remplacé en 2015. Les reliquats de ce dernier peuvent lui être transférés jusqu’au 31 décembre 2020 en les déclarant sur le site de Travail-Emploi.

Ils sont ainsi conservés ainsi sans limitation de durée. Comme tous les salariés de la fonction publique, les agents de la fonction publique hospitalière (FPH) bénéficient de ce dispositif. Ce crédit, mobilisable à leur initiative, leur permet de s’inscrire à des formations visant l’acquisition d’un diplôme ou le développement de compétences dans le cadre de leur projet d’évolution professionnelle. Si le salarié a liquidé ses droits à la retraite et n’a pas repris d’activité salariée, le CPF est automatiquement fermé à l’âge de 65 ans mais si, passé cet âge, vous souhaitez reprendre une activité professionnelle, en tant que retraité actif, vous pourrez demander la réouverture de votre compte CPF auprès du service mon compte formation

Et pour un premier emploi en tant que professionnel de santé ?

 Dans le sillage des nombreuses mesures visant à construire l’hôpital de demain, les réformes gouvernementales prévoient la possibilité d’embaucher 15 000 agents, dont 8 000 créations de postes. Devenir aide-soignant(e), première ligne des soins au contact direct des patients – sous la responsabilité de l’infirmier ou de l’infirmière, est un engagement d’avenir. La profession recrute régulièrement car les besoins sont importants sur l’ensemble du territoire. Outre des qualités personnelles importantes d’écoute, d’empathie, de disponibilité et d’organisation, ce métier nécessite d’être titulaire du diplôme d’État d’aide-soignant (DEAS) de niveau V. Soumise à un concours d’entrée (épreuve écrite et oral), la formation dure entre 10 et 18 mois et peut s’effectuer en alternance.

La Matmut vous accompagne

En hôpital ou en libéral, les risques professionnels sont nombreux pour un infirmier. Être bien assuré est donc essentiel.

Découvrez le contrat Multigaranties Professionnelles des Agents Publics qui couvre la Responsabilité civile professionnelle des Agents de la fonction publique hospitalière.

Découvrir l'assurance dédiée aux agents publics

Aides-soignants, infirmiers : tout savoir sur l'augmentation de salaire

À lire aussi : 

Aide-soignante, infirmier : tout savoir sur l'augmentation de salaire

Suite à la pandémie de coronavirus, le Ségur de la santé a accordé la plus grosse enveloppe d’augmentation de salaires jamais consentie aux soignants. . À partir de 2022, l’État s’engage ainsi à revaloriser les salaires des professionnels de santé pour rendre l’hôpital public plus attractif.