Menu
Accueil / Agents publics / Conseils / Reconversion : comment devenir professeur sans passer les concours

Reconversion : comment devenir professeur sans passer les concours

Publié en Octobre 2020.

Pour donner un second souffle à sa vie professionnelle et lui redonner du sens, de nombreux salariés envisagent l’enseignement dans un objectif de reconversion. Si la voie « traditionnelle » reste le passage par les concours (CAPES, CAPET, CAPLP2…), il est possible d’intégrer une école primaire, un collège ou un lycée avec un statut de contractuel. Un bon moyen pour mettre un premier pied dans l’institution !

De plus en plus de professeurs contractuels dans l’Éducation nationale

Que ce soit dans l’enseignement public ou privé, le recours à du personnel contractuel est en plein essor. Entre les années scolaires 2016-2017 et 2017-2018, le nombre de profs recrutés hors du circuit des concours aurait même augmenté de plus de 11%.

Dans certains départements, ces contractuels représentent une part non négligeable des effectifs : 14% en Seine-Saint-Denis sur l’année 2018-2019. La majorité des postes sont ouverts en collèges et lycées.

Du point de vue réglementaire, c’est la loi du 11 janvier 1984 et le décret du 29 août 2016 qui définissent le cadre de recrutement de contractuels. Celui-ci est du ressort du recteur d’académie pour palier un manque de personnels titulaires dans certains établissements. Il s’agit de contrats à durée déterminée renouvelables par reconduction dans la limite de 6 ans.

Dans l’enseignement privé, des suppléants sont également recrutés au sein des établissements sous forme de contrats à durée déterminée, là aussi reconductibles

Postuler à un poste d’enseignant : diplômes, CV, entretien de motivation…

Pour enseigner dans le 1er et le 2nd degré, un diplôme bac + 3 est demandé. Depuis 2016, en cas de grande difficulté de recrutement, un bac + 2 peut être suffisant (idem pour l’enseignement privé catholique). Ces conditions s’appliquent également pour les postulants au sein de l’enseignement technologique, professionnel et agricole. Pour ces trois dernières filières, un CAP, BEP, BP, bac pro ou BTS et même une solide expérience professionnelle dans la matière enseignée permettent de se porter candidat. Toutes les disciplines sont, a priori, accessibles. A l’exigence des diplômes s’ajoutent deux obligations : remplir les conditions d’aptitude physique d’accès à la fonction publique et présenter un casier judiciaire sans mention interdisant d’exercer au sein de l’Éducation nationale.

Contrairement au recrutement par concours, national, les postes de contractuels dans l’Éducation nationale sont ouverts au niveau local (académie, département…). Les inscriptions diffèrent selon le type de poste visé

  • Professeur du 1er degré (maternelle, primaire) : le candidat doit contacter la Direction des services départementaux de l’Éducation nationale (DSDEN) du département où il souhaite exercer.
  • Professeur du 2nd degré, technologique et professionnel : c’est le rectorat de l’académie qui est compétent. Il est possible de s’inscrire en ligne (taper SIATEN ou Acloé et le nom de l’académie dans un moteur de recherche).
  • Enseignement agricole : il suffit de contacter directement l’établissement ou la Direction Régionale de l'Alimentation de l'Agriculture et de la Forêt (DRAAF) ou encore la Direction de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt (DAAF).
  • L’enseignement privé catholique a mis en place une procédure d’inscription online sur un site spécifique (CAAC Web)

Des conditions de travail proches de celles des professeurs titulaires

Après inscription, les candidats retenus sont convoqués pour un entretien afin d’évaluer leurs aptitudes à enseigner une ou plusieurs matières. Les personnes sélectionnées sont ensuite affectées à un poste, soit à la rentrée, soit en cours d’année pour un remplacement.

 Au sein de l’Éducation nationale, les contractuels engagés pour une année scolaire bénéficient des vacances d’été (le contrat s’arrête à la veille de la rentrée suivante). Les salaires, inférieurs à ceux des professeurs titulaires, dépendent notamment du niveau des diplômes obtenus (de 1500 à 2000€ environ). Des primes et des heures supplémentaires peuvent s’y ajouter. Le temps de travail est identique à celui des titulaires

Enseignant contractuel ou vacataire : un tremplin pour les concours

Dans le cadre d’une reconversion, occuper un poste de contractuel permet, en premier lieu, de valider le choix personnel de devenir enseignant en expérimentant, sur le terrain, l’exercice de son nouveau métier.

Même si les contrats sont reconductibles sur une période de 6 ans, la perspective du concours de professeur doit motiver chaque contractuel. Or, il est bien plus aisé de préparer celui-ci lorsqu’on officie déjà au sein d’un établissement scolaire : plus grande motivation, gain d’expérience dans la pratique pédagogique, conseils des collègues…

Les contractuels ont ainsi la possibilité de préparer dans de bonnes conditions le concours externe mais aussi, selon certaines conditions, le concours interne et/ou troisième concours via la reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle (RAEP). Si le statu de professeur contractuel reste précaire, il représente un excellent tremplin pour réussir le concours.


 

La Matmut vous accompagne

Afin d'être protégé dans l'exercice de vos fonctions, la Matmut vous accompagne grâce à son assurance exclusive dédiée aux agents du service public.

Découvrir l'assurance dédiée aux agents publics

Concours de professeur des écoles : comment se déroule-t-il ?

À lire aussi

Concours de professeur des écoles : comment se déroule-t-il ?

Aussi appelé le CRPE, le concours de professeur des écoles s'adresse aux personnes souhaitant devenir enseignants dans les écoles maternelles et primaires. Il est organisé chaque année entre avril et juin dans toutes les académies françaises. Zoom sur le déroulement du concours de professeur des écoles.