Menu
Accueil / Mutuelle Santé Ociane / Conseils / Alzheimer : quelle prise en charge ?

Alzheimer : quelle prise en charge ?

Publié en Août 2020

Comment la maladie d’Alzheimer est-elle prise en charge ? À l’heure où cette maladie neurodégénérative touche plus de 900 000 personnes dans l’Hexagone, comment s’occupe-t-on de cette pathologie en France ? Quels sont les traitements disponibles et quel est le rôle des professionnels de santé et des aidants ?

Prise en charge de la maladie d’Alzheimer : la personnalisation pour mot d’ordre

La prise en charge de la maladie d’Alzheimer repose sur le principe de la personnalisation afin d’accompagner au mieux les patients atteints de la maladie.

Le traitement médicamenteux

À l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement qui permette de guérir de la maladie d’Alzheimer. Aucun médicament n’est en mesure de prévenir la maladie, ni de stopper son évolution une fois celle-ci diagnostiquée. Certains médicaments sont utilisés pour réduire les symptômes de la maladie tels que les pertes de mémoire ou l’oubli des mots courants, mais leur efficacité est contestée. De plus, ces médicaments (donépézil, rivastigmine, galantamine) sont pointés du doigt car ils entraînent des effets secondaires importants, parmi lesquels des troubles neuropsychiatriques, des troubles digestifs ou encore des pertes d’équilibre pouvant entraîner des chutes.

Face aux effets indésirables importants et à l’efficacité relative de ces médicaments, la Haute Autorité de santé (HAS) a décidé en 2018 de ne plus procéder à leur remboursement par l’Assurance Maladie. D’après l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), l’arrêt de ce traitement réduit néanmoins significativement l’autonomie des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, dont l’état se dégrade alors plus vite.

Une prise en charge personnalisée

Si la maladie d’Alzheimer ne peut être combattue grâce à un simple traitement médicamenteux, il est en revanche possible de combiner plusieurs éléments pour offrir une prise en charge aux patients atteints d’Alzheimer. Cette prise en charge doit être personnalisée, car tous les patients ne sont pas atteints par les mêmes symptômes d’une part, et parce que la maladie n’est pas toujours au même stade d’un patient à un autre d’autre part. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de continuer de stimuler les personnes atteintes par le biais d’activités. Il peut s’agir d’activités physiques (marche, cuisine, vaisselle, etc.) ou cognitives (lecture, jeux, etc.) de la vie de tous les jours. Les établissements d’accueil tels que les EHPAD proposent souvent des activités pour stimuler les patients.

Attention toutefois à ne pas les forcer à participer à des activités qui ne leur plaisent pas, au risque d’augmenter leur stress ou de les placer en situation d’échec. Chaque malade ayant ses envies et ses limites propres, il ne faut obliger quiconque à prendre part à des exercices non souhaités, d’où l’importance de la personnalisation de la prise en charge des personnes atteintes d’Alzheimer.

À lire aussi : Maladie d’Alzheimer : quels sont les symptômes ?

Une prise en charge pluridisciplinaire

La prise en charge de la maladie d’Alzheimer est pluridisciplinaire. Afin d’assurer le maintien de l’autonomie des patients le plus longtemps possible, les professionnels de santé se coordonnent autour des patients. Premier maillon de la chaîne, le médecin traitant est épaulé par des médecins spécialistes : neurologues, gérontologues ou encore psychiatres. D’autres professionnels de santé accompagnent les malades au quotidien.

Parmi eux, les kinésithérapeutes, infirmiers, aides-soignants, ergothérapeutes ou encore les orthophonistes. Plus la prise en charge est précoce, plus la personne malade a de chances de conserver sa motricité, ses capacités visuelles et auditives, et ainsi son autonomie.

En cas d’aggravation de la maladie, il est nécessaire d’organiser le maintien à domicile notamment avec les services de soins à domicile dispensés par des infirmiers et des aides-soignants. Si le maintien à domicile de la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer n’est pas possible, cette dernière peut être accueillie dans un établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (EHPAD).

À lire aussi : Aide à domicile : comment obtenir une aide financière ?

Le rôle des aidants

Dans le cas du maintien à domicile des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, les aidants possèdent une place déterminante. Le conjoint, les enfants ou les frères et sœurs du patient jouent souvent le rôle d’aidant en accompagnant la personne malade au quotidien.

Cette aide est indispensable au maintien à domicile des personnes souffrant d’Alzheimer, et se manifeste autant dans les activités domestiques (ménage, cuisine, vaisselle, etc.) que dans le suivi du traitement (consultations médicales, prise des médicaments, etc.), les soins prodigués et les activités visant à favoriser la communication de la personne atteinte par la maladie.

À lire aussi : Qu'est-ce qu'un aidant familial et quel est son rôle ?

Connaissez-vous la téléassistance Sérélia ?
Découvrez notre solution conçue pour faciliter le maintien à domicile des séniors fragilisés ou isolés.
Pour en savoir plus, consultez notre page La téléassistance, un service adapté aux personnes âgées isolées.

RETOUR À LA LISTE DES ARTICLES

La Matmut vous accompagne...

Avec la Mutuelle Ociane Matmut, bénéficiez de services d’accompagnement et d’assistance pour vous soulager dans votre rôle d’aidant grâce à la Mutuelle Santé Senior

Devis santé en ligne

Hospitalisation domicile

À lire aussi : 

Hospitalisation à domicile : comment ça marche ?

Comment fonctionne exactement ce dispositif de soin ?