Menu
Accueil / Assurance NVEI / NVEI. Comment bien assurer son monoroue, hoverboard, skateboard ou gyropode électrique ?

NVEI. Comment bien assurer son monoroue, hoverboard, skateboard ou gyropode électrique ?

Plus écologiques et économiques qu’une voiture ou une moto, les nouveaux véhicules électriques individuels (NVEI) – Monoroue, hoverboard, skateboard ou gyropode électrique – révolutionnent les modes de déplacement. Les amateurs et les spécialistes apprécient leur souplesse, leur légèreté, leur autonomie, leur adhérence au bitume. Avec une ou deux roues, ces engins de déplacement personnel motorisés (EDPM) ne sont pas encore familiers à tous et peuvent sembler plus délicats à manier. La Matmut vous assure et vous conseille pour rouler en toute sécurité.

Monoroue, hoverboard ou gyropode électrique : quelle différence ?

  • Le gyropode longtemps appelé Segway, du nom de la première marque qui le commercialisait, est constitué d’une plateforme munie de deux roues parallèles sur laquelle l’utilisateur se tient debout et s’oriente grâce à un guidon de pilotage. Comme pour l’ensemble des EDPM, il est interdit sur les trottoirs de la plupart des villes comme Paris, mais certaines mairies le tolèrent s’il ne dépasse pas la vitesse de 6 km/h, celle d’un piéton. Déjà présent depuis le début des années 2000 sans avoir connu le développement fulgurant de la trottinette, il connaît un second souffle avec le développement des pistes cyclables.
  • L’hoverboard, ou skateboard électrique, semble tout droit sorti des films de science-fiction. Cette planche électrique sans guidon et aux roues camouflées nécessite plus d’adresse pour s’orienter et conserver son équilibre que les traditionnelles trottinettes car, en l’absence de manche et de guidon, l’utilisateur se dirige en déportant son poids sur l’avant du véhicule, un peu comme pour un surf.
  • La monoroue appelée aussi gyroroue, monowheel ou monocycle électrique est composée d’une roue carénée dotée de capteurs et d’un moteur, de deux marchepieds et d’une batterie. Cet EDPM fonctionne comme le gyropode, mais n’a pas de guidon et une roue unique. Comme pour l’hoverboard, l’utilisateur le fait rouler en se penchant vers l’avant. La vitesse augmente avec l’inclinaison de l’usager.
  • La trottinette électrique, c’est une trottinette classique par sa forme, dotée d’un moteur électrique. C’est aujourd’hui la forme la plus prisée des EDPM.

Comment circuler avec un monoroue, hoverboard, skateboard ou gyropode électrique ?

Pour conduire tous ces EDPM, il faut être âgé de plus de 12 ans, porter un vêtement rétro-réfléchissant la nuit ou par faible visibilité. Il est interdit d’y monter à plusieurs. La vitesse est limitée à 25 km/h. La circulation est interdite sur les trottoirs. En ville, l’utilisateur doit rouler sur les pistes et bandes cyclables ou à défaut sur les routes dont la vitesse maximale autorisée est de 50 km/h. Le stationnement sur les trottoirs est toléré, à condition de ne pas gêner les piétons. En dehors des villes, il faut rouler sur les pistes cyclables ou sur les voies vertes. Depuis le 8 juillet 2020, l’engin doit être équipé d'un système de freinage, d'un avertisseur sonore, de feux (avant et arrière) et de dispositifs réfléchissants arrière et latéraux. En ce qui concerne le port du casque, celui-ci n’est pas obligatoire mais vivement conseillé.

L’assurance est-elle obligatoire pour un EDPM ?

Considérés comme des VTAM par le code de la route, tous les EDPM doivent obligatoirement être assurés, au minimum en responsabilité civile. Les usagers de vélos ou de trottinettes classiques, c’est-à-dire celles qui ne peuvent rouler à plus de 6 km/h, sont considérés comme des piétons et sont généralement couverts par la responsabilité civile incluse dans le contrat de votre résidence principale. Veillez toutefois à bien vérifier les conditions au préalable car beaucoup de contrats n’incluent pas les EDPM dans l’assurance habitation. Une assurance spécifique EDPM procure des avantages complémentaires, notamment en cas d’accident grave où le conducteur serait dans l’obligation d’indemniser lui-même les personnes blessées. L’absence d’assurance est passible d’une amende de 3 750 euros et, parfois, d’une suspension de permis de conduire.

Quels sont les avantages de l’offre 2R Mobilité Matmut spéciale EDPM ?

La Matmut protège le propriétaire bien au-delà de la seule obligation d’assurance légale, soit la responsabilité civile. Le contrat 2R Mobilité Matmut propose deux formules, l’une au Tiers et l’autre Dommage Collision.

La formule Dommage Collision est uniquement ouverte aux propriétaires de trottinettes achetées neuves à un professionnel pour un prix d’au moins 300 euros et pour une liste de marques et de modèles déterminés.

L’assurance spécifique 2R Mobilité comprend les garanties dommages collision, une garantie assistance juridique et la protection juridique suite à un accident. En cas de blessure consécutive à un accident le plafond d’indemnisation élevé permet de faire face aux conséquences de l’accident corporel.

Proposée en option lors de la souscription, la garantie Équipements de protection rembourse notamment les casques ou gants détériorés suite à un accident entrainant des blessures médicalement constatées, jusqu’200 € sans franchise 

À lire aussi : Comment bien assurer sa trottinette électrique ?

Quelles sont les conditions pour bénéficier de l’offre 2R Mobilité Matmut ? 

Pour bénéficier de la formule Dommages collision, la trottinette doit avoir été achetée neuve depuis moins de 60 jours auprès d’un professionnel et pour un montant supérieur à 300 euros. Si ces conditions ne sont pas remplies, l’assurance revient sous la formule Tiers. La formule Dommages Collision prend fin deux ans après l’achat de la trottinette. 

La Matmut assure les nouvelles mobilités urbaines

Grâce à l’assurance 2R Mobilité Matmut, choisissez la formule d'assurance adaptée à vos besoins

Découvrir l'offre 2R Mobilité

Document utile

Conditions générales 2R Mobilité