Annuler
Menu
Accueil / Mutuelle Santé Ociane / Conseils / Le nerf sciatique et la sciatique

Le nerf sciatique et la sciatique

Publié en Juillet 2022

Une douleur intense part du bas de votre dos et irradie d’un côté, dans la fesse, la cuisse, voire dans la jambe ? Vous déplacer ou même rester assis vous fait mal ? Vous avez probablement une sciatique, c’est-à-dire une atteinte du nerf sciatique. La Mutuelle Ociane Matmut vous informe sur les douleurs associées, les moyens de les soigner et de les éviter.

Qu’est-ce que le nerf sciatique ?

Le nerf sciatique prend racine dans le bas du dos, suit toute la jambe et le pied, pour se terminer au bout du petit orteil. C’est le nerf le plus long du corps humain ! Il assure la motricité tout le membre inférieur, de la cuisse aux doigts de pied. Mais le nerf sciatique a aussi un rôle sensitif, ce qui signifie qu’il transmet des sensations, notamment la douleur.

Quel est le rapport entre nerf sciatique et douleurs de la sciatique ?

Lorsque le nerf sciatique est compressé ou pincé, cela cause une douleur. Un tel problème se produit très souvent au niveau de la colonne vertébrale lombaire, dans le bas du dos. Or, en tant que nerf sensitif, le nerf sciatique conduit la douleur, qui peut être ressentie non seulement dans la zone lombaire, mais aussi tout le long de son trajet. On appelle cela une névralgie.

Dans le cas d’une névralgie sciatique, la douleur part du bas du dos et irradie le long de la jambe et jusque dans le pied. On parle alors de « douleurs sciatiques », de « crise de sciatique » ou même, plus couramment et de manière abrégée, de « sciatique ».

Bon à savoir :
Les douleurs associées au nerf sciatique concernent le bas du dos, la zone lombaire (on parle de « lombalgie » et de « lombosciatique »). C’est parce que le nerf sciatique sort de la moelle épinière dans cette zone, principalement entre la 4e et la 5e vertèbre lombaire, et entre celle-ci et la première vertèbre du sacrum.

Quels sont les symptômes d’une sciatique ?

Comme nous l’avons vu, le nerf sciatique joue à la fois un rôle sensitif et un rôle moteur. Les principaux symptômes des atteintes de ce nerf sont donc des douleurs tout le long de son trajet ainsi qu’une perturbation des capacités motrices dans les différentes parties du membre qu’il innerve.

Les douleurs

Les symptômes classiques de la sciatique sont par conséquent des douleurs vives qui irradient dans la fesse, la cuisse, le mollet, et qui peuvent s’étendre jusqu’au pied. Ces douleurs sont potentiellement associées à des sensations de picotements, de fourmillements, d’engourdissement. La peau manifeste une sensibilité exacerbée à tout contact. Toutefois, l’aspect de la jambe ne change pas : elle ne gonfle pas, ne devient pas rouge ou violette. Ce critère permet d’écarter un problème vasculaire.

Les problèmes de posture

Par ailleurs, la douleur augmente au moindre effort physique impliquant l’une des parties du corps traversées par le nerf sciatique. Ce phénomène entraîne l’adoption volontaire ou non, afin de limiter la souffrance, de postures différentes de celles habituelles. La compensation musculaire risque à son tour d’entraîner un déséquilibre, cause d’autres douleurs à d’autres endroits du corps. La douleur peut aussi s’intensifier en cas d’éternuement ou de toux.

Sciatique et cruralgie : quelle différence ?

Attention à ne pas confondre la sciatique avec la cruralgie. Également très douloureuse et elle aussi localisée dans le bas du dos et la cuisse, la cruralgie est une atteinte non pas du nerf sciatique mais du nerf fémoral (anciennement dénommé « nerf crural »). Elle aussi est associée à des douleurs partant du bas du dos (lombalgie) mais celles-ci irradient sur la face intérieure de la cuisse.

Quelles sont les causes des atteintes du nerf sciatique ?

La sciatique consiste en une lésion du nerf sciatique, le plus souvent par compression, pincement. La principale cause de sciatique est en effet la hernie discale lombaire. Il s’agit du débordement d’un disque intervertébral, qui entraîne un contact avec la moelle épinière et une compression des racines des nerfs qui en partent. Dans le cas de la sciatique ce sont donc les racines du nerf sciatique qui sont concernées.

Cela peut arriver accidentellement, ou bien de manière brutale, par exemple à l’occasion du soulèvement d’une charge ou d’une torsion du tronc (le fameux « tour de reins » ou lumbago). Mais une sciatique peut aussi se manifester de manière progressive.

Les facteurs de risque de sciatique

Le surpoids est un facteur de risque bien connu, car il aggrave les tensions exercées sur la colonne vertébrale et les disques intervertébraux. La sédentarité est un autre facteur aggravant, y compris chez les personnes minces : une posture inadaptée, une position assise ou debout prolongée, le manque d’activité physique en général augmentent en effet le risque de sciatique.

Parmi les autres causes possibles d’atteintes du nerf sciatique, on trouve notamment, mais plus rarement :

  • L’arthrose, qui touche alors les vertèbres lombaires ou du sacrum ;
  • Un tassement vertébral à cause de l’ostéoporose ;
  • Un tassement ou une fracture vertébrale suite à un choc traumatique ;
  • Une tumeur située dans une vertèbre ou bien dans le canal rachidien ;
  • Une infection, comme la spondylarthrite ankylosante.

Comment soigner les atteintes du nerf sciatique ?

L’application de chaleur (bouillotte) ou au contraire de froid (poche de glace) sur la zone dorsale douloureuse peut vous soulager, de même qu’un massage avec une crème spécifique contre les douleurs articulaires ou musculaires.

Pour soulager la douleur, il est aussi possible de prendre un médicament antalgique en vente libre, comme le paracétamol, ou un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) du type ibuprofène. Mais ce, après avoir bien lu la notice évidemment et si vous n’avez pas d’antécédents allergiques !

Les soins sans consultation du médecin

Le fait de s’allonger peut soulager les douleurs sciatiques, mais cela ne signifie pas qu’il faille rester couché toute la journée ! Bien au contraire, le secret pour soigner rapidement une sciatique, surtout lorsqu’elle est causée par un lumbago, c’est le mouvement !

Reposez-vous : diminuez le nombre de vos activités en supprimant celles qui vous sont trop douloureuses. Pour le reste, continuez à vous activer, mais en ralentissant votre rythme et sans jamais forcer. Surtout, marchez, ne serait-ce que pour faire le tour de votre pâté d’immeubles ou de maisons. Cela « chauffera » et détendra vos muscles, vous aidant à vous sentir mieux plus rapidement.

Pensez également à bien vous hydrater tout au long de la journée.

Attention toutefois si vous pratiquez un sport : il faut adapter votre pratique et même renoncer à certains sports le temps de la guérison, avant de reprendre progressivement votre niveau d’activité habituel.

Les soins sur prescription médicale

Si les soins proposés précédemment ne s’avèrent pas efficaces et si les douleurs sciatiques persistent, prenez rendez-vous auprès de votre médecin traitant. Il ou elle pourra vous prescrire des médicaments plus forts contre la douleur ainsi que d’autres destinés à décontracter vos muscles (myorelaxants).

Un arrêt de travail vous sera aussi probablement prescrit : les mouvements du corps étant généralement contraints et la douleur assise particulièrement douloureuse, travailler dans ces conditions, avec un stress associé, ne pourrait qu’aggraver vos symptômes. Enfin, votre médecin pourra, si nécessaire, vous demander de passer des examens complémentaires d’imagerie médicale (radiographie, scanner, IRM…).

En complément, votre médecin est susceptible de vous prescrire des séances de kinésithérapie à commencer après la phase aiguë de la sciatique. Vous pouvez également consulter un ostéopathe ou un chiropracteur, dont les méthodes thérapeutiques sont particulièrement adaptées aux douleurs associées au nerf sciatique.

Bon à savoir :
Les médicaments, le repos et le mouvement suffisent dans la plupart des cas à soigner les douleurs sciatiques. La sciatique disparaît généralement au bout de deux ou trois jours. Toutefois, si vous constatez une aggravation des symptômes, et notamment une perte de sensibilité de votre jambe ou votre pied, consultez en urgence. Il peut s’agir d’une lésion plus grave du nerf sciatique ou d’une autre pathologie.

Comment prévenir les atteintes du nerf sciatique ?

La sciatique, tout comme la cruralgie, font partie des dorsalgies, c’est-à-dire du large spectre que recouvre l’expression « mal de dos ». Prévenir les atteintes du nerf sciatique commence par la mise en œuvre de stratégies quotidiennes pour prendre soin de son dos, et ce dès le plus jeune âge, par exemple :

  • Éviter de rester longtemps dans la même position, qu’elle soit assise ou debout ;
  • Marcher quotidiennement ;
  • Mincir ou limiter sa prise de poids ;
  • Renforcer les muscles de son dos et ses abdominaux ;
  • Soulever des charges en sollicitant ses jambes plutôt que son dos ;
  • Éviter les torsions du buste, surtout le matin « à froid ».

RETOUR À LA LISTE DES ARTICLES

La Matmut vous accompagne...

Pour une prise en charge optimale de vos consultations chez votre médecin traitant ou chez un médecin spécialisé afin de soigner vos maux de dos (ostéopathe ou kinésithérapeute par exemple), choisissez la formule de mutuelle santé correspondant à vos besoins.

Devis santé en ligne

À lire aussi : 

Faire du sport quand on a mal au dos : bonne ou mauvaise idée ?

 Le point sur les bonnes pratiques à adopter.