Menu
Accueil / Mutuelle Santé Ociane / Conseils / Anciennes maladies : pourquoi sont-elles de retour ?

Anciennes maladies : pourquoi sont-elles de retour ?

Publié en Septembre 2019

Scorbut, cholera, peste ou encore rougeole sont des anciennes maladies qui avaient disparu de notre quotidien depuis plusieurs décennies. Cependant, ces dernières années ont vu resurgir ces maladies que l’on pensait éradiquées. Qu’est-ce qui explique le retour de ces affections ? Le point avec la Matmut.

La pauvreté dans le collimateur

L’une des principales raisons qui explique la recrudescence des maladies anciennes, est évidemment la pauvreté qui touche près de la moitié de la population dans le monde. Pour ces populations, l’accès aux soins et aux vaccins est bien moindre, voire quasi-nulle, ce qui les expose dangereusement à ces affections. Cela explique notamment le retour de la tuberculose, une des maladies les plus meurtrières au monde. Autre fait résultant de la pauvreté : l’insalubrité des structures. Le cholera refait son apparition dans des secteurs sans eau potable.

Autre maladie ancienne à resurgir, notamment dans les camps de réfugiés et dans les zones très défavorisées, aux États-Unis par exemple : le scorbut. Cette ancienne maladie touchait principalement les marins qui souffraient de carences en vitamines C au XVIIIe siècle. Aujourd’hui, les populations en proie au scorbut ont souvent une alimentation peu équilibrée et dénuée d’aliments dotés de nutriments essentiels, comme les fruits et les légumes.

Une baisse de la couverture vaccinale

La couverture vaccinale est aussi un facteur qui facilite le retour des maladies anciennes. En France, par exemple, la rougeole avait touché près de 3 000 personnes – enfants et adultes – et causé trois décès en 2018. En cause, le scepticisme qui entoure les vaccins. Les campagnes anti-vaccin ont su décourager certaines personnes de se faire vacciner, entraînant une baisse de la couverture vaccinale et la recrudescence de vieilles maladies. D’après la communauté médicale, la couverture vaccinale de la rougeole en France devrait dépasser les 95 % pour empêcher la maladie de proliférer. Aujourd’hui, elle n’est qu’à 80 % en moyenne, sur le plan national. Ce chiffre peut vite chuter selon les régions, ce qui expose de nombreuses personnes à la maladie.

Bon à savoir
Pour pallier l’insuffisance de couverture vaccinale en France et ainsi éviter le retour de ces maladies anciennes, le Ministère des Solidarités et de la Santé a rendu obligatoire 11 vaccins, chez les enfants, au 1er janvier 2018.

À lire aussi : Quels sont les vaccins obligatoires pour les enfants ?

 Les flux migratoires et touristiques en cause dans la recrudescence des anciennes maladies ?

Les échanges sont facilités entre la plupart des pays du monde grâce à l’aviation, notamment. La migration de populations en proie à la guerre ou à la pauvreté accentue d’un côté la résurgence de certaines maladies oubliées dans le monde occidental. De l’autre côté, le développement du tourisme de masse dans des pays encore confrontés à certaines affections favorisent également leur propagation.

Des pratiques à risques

Les rapports sexuels à risques, c’est-à-dire non protégés, sont de plus en plus nombreux depuis la fin des années 1990. Résultat : le retour de la syphilis, une maladie ancienne courante au XIXe siècle et qui peut causer des problèmes neuronaux graves notamment, si elle n’est pas traitée. Cela est sans parler évidemment du risque d’attraper d’autres maladies sexuellement transmissibles comme le SIDA qui reste une maladie – certes récente – mais toujours aussi dangereuse.

RETOUR À LA LISTE DES ARTICLES

La Matmut vous accompagne…

Grâce à la Mutuelle Ociane Matmut, profitez d’une couverture complète et adaptée à vos besoins et à ceux de votre famille. Protégez-vous des maladies anciennes en vous faisant vacciner – geste sanitaire pris en charge en partie par l’Assurance maladie et la Mutuelle Ociane Matmut, selon le type de vaccin réalisé.

Devis santé en ligne

Rougeole : pourquoi, quand et qui doit se faire vacciner ?

À lire aussi

Rougeole : pourquoi, quand et qui doit se faire vacciner ?

Le vaccin reste l'unique moyen de contrer cette maladie infectieuse. Explications.