Menu
Accueil / Mutuelle Santé Ociane / Conseils / Tout savoir sur l’addiction à l’alcool

Tout savoir sur l’addiction à l’alcool

Publié en juillet 2021

Selon le ministère des Solidarités et de la Santé, la consommation d’alcool est responsable de 49 000 décès chaque année. Une problématique de santé publique à prendre très au sérieux. La consommation d’alcool présente des risques, parmi lesquels celui de développer une addiction dont il est difficile de se défaire. Comment la détecter ? Quels en sont les symptômes ? Comment réduire sa consommation ? Qui consulter pour se soigner ? Retrouvez toutes les informations nécessaires pour comprendre l’addiction à l’alcool.

Comment détecter une addiction à l’alcool ?

Une addiction à l’alcool n’est pas une question de quantité ingérée. Comme l’addiction au tabac ou aux drogues, l’addiction alcoolique se caractérise par le fait de ne plus parvenir à se passer de boire. Par conséquent, les personnes dépendantes vont boire de plus en plus afin de continuer à ressentir les effets de l’alcool, au fur et à mesure que leur corps s’habitue.

Ce sont généralement des sensations euphorisantes ou relaxantes qui sont recherchées par les individus souffrant d’alcoolisme, parfois sans même qu’ils s’en rendent compte. L’alcool peut également représenter une « solution » permettant d’oublier des problèmes au quotidien.

Mais comment repérer les signes d’une possible dépendance à l’alcool ? Plusieurs symptômes peuvent vous permettre de la détecter :

  • tremblement des mains ;
  • forte transpiration ;
  • tachycardie ;
  • anxiété ou agitation ;
  • comportement violent, agressif ou inadapté ;
  • crise d’épilepsie ou hallucinations dans les cas les plus extrêmes.

Les effets de cette maladie sont généralement insidieux. Cela peut prendre parfois plusieurs années pour que la personne alcoolique ou même ses proches ne se rendent compte de cette addiction.

Comment réduire sa consommation d’alcool ?

Autant dire les choses clairement : il n’y a pas de consommation d’alcool sans risque. Toutefois, des experts missionnés par Santé publique France et l’Institut national du cancer (INCa) estiment que le risque reste acceptable dans une limite de 10 verres standards par semaine, et pas plus de 2 verres par jour. Les experts préconisent également de :

  • réduire sa consommation d’alcool à chaque occasion ;
  • boire lentement, manger et consommer de l’eau régulièrement ;
  • être entouré de personnes de confiance et pouvoir rentrer chez soi en sécurité ;
  • ne pas pratiquer d’activités à risque et se trouver dans un endroit sûr.

Vous souhaitez réduire votre consommation d’alcool et prévenir les risques d’addiction ? Plusieurs étapes peuvent vous aider à atteindre cet objectif.

Évaluer sa consommation d’alcool

Tout d’abord, commencez par évaluer votre consommation. Est-ce que vous buvez deux verres tous les soirs chez vous ? Le midi avec des collègues ? Uniquement le week-end mais en grande quantité ? Tout au long de la journée ? Repérez les moments où vous êtes le plus tenté de boire. Cela vous permettra de résister si l’envie vous prend. Par ailleurs, pour vous aider à évaluer votre consommation, vous pouvez utiliser le site alcoomètre, recommandé par Alcool Info Service.

Se fixer des objectifs

Après avoir cerné vos habitudes de consommation, vous devez établir ce que vous souhaitez / pouvez changer dans vos habitudes et vous fixer des objectifs. Par exemple, ne pas boire seul, ne pas boire tous les jours, ne pas dépasser 2 verres lors de moments festifs, etc. Pour vous aider dans cette démarche, vous pouvez définir un nombre de verres à ne pas dépasser, un horaire à partir duquel vous ne buvez plus, ou retarder le plus possible le moment où vous allez boire le premier verre. Également, vous pouvez compenser en buvant une boisson non-alcoolisée que vous aimez.

En parler

Pour vous aider à prévenir une addiction à l’alcool, il est toujours plus simple d’être épaulé, écouté, accompagné. N’ayez pas honte et osez en parler autour de vous, à votre famille, vos amis. Ils pourront vous aider, voire relever ce défi avec vous s’ils estiment que leur consommation est également trop élevée. L’alcoolodépendance n’est pas une pathologie à sous-estimer : elle fait de nombreuses victimes chaque année. Si vous sentez que vous ne pouvez pas vous en sortir seul, allez voir un professionnel.

À lire aussi : Comment arrêter de fumer ?

Addiction à l’alcool : qui consulter ?

Une aide extérieure est souvent nécessaire pour parvenir à soigner une addiction à l’alcool. Si vous souffrez d’alcoolodépendance, commencez par consulter votre médecin traitant. Il est nécessaire de lui dire la vérité quant à vos habitudes : quelle quantité, à quelle fréquence, etc.

Votre médecin pourra ainsi vous rediriger vers un psychologue ou un addictologue, qui vous accompagnera dans le processus de sevrage. Le suivi médical et psychologique peut demander du temps, parfois plusieurs mois. En cas d’addiction sévère, un accueil dans des services d’addictologie ou dans des centres spécialisés n’est pas à exclure.

En parallèle, pour bénéficier d’une aide extérieure, il est également possible de se tourner vers un groupe d’écoute et de parole, comme les Alcooliques Anonymes, où d’anciens alcoolodépendants partagent leur vécu et leur expérience.

À lire aussi : Les effets du tabagisme et les risques pour la santé

RETOUR À LA LISTE DES ARTICLES

La Matmut vous accompagne...

Avec la Mutuelle Ociane Matmut, découvrez les différentes formules spécialement adaptées à vos besoins et votre budget.

Devis santé en ligne

Substituts nicotiniques : quels remboursements par l'Assurance Maladie ?

À lire aussi : 

Substituts nicotiniques : quels remboursements par l'Assurance Maladie ?

Arrêt du tabac et remboursement