Annuler
Menu
Accueil / Mutuelle Santé Ociane / Conseils / Qu’est-ce que l’eczéma ?

Qu’est-ce que l’eczéma ?

Publié en juillet 2022

Lorsque la peau rougit par endroits, s’épaissit, se couvre de petits boutons et provoque de fortes démangeaisons, c’est probablement de l’eczéma. Cette affection cutanée concerne surtout les enfants, mais peut aussi compliquer la vie des adultes. La Mutuelle Ociane Matmut vous fournit ici les repères essentiels sur l’eczéma.

Quels sont les symptômes de l’eczéma ?

L’eczéma est la plus fréquente des maladies de peau. Elle conduit à un tiers des consultations en dermatologie et sa fréquence semble même augmenter ces dernières années.

Il s’agit d’une réaction de défense, une inflammation de la peau ou « dermatite » en langage médical. La peau devient rouge et des épaississements localisés ou de petits boutons apparaissent. Si on les gratte avec insistance, les boutons éclatent, puis laissent de mini-cicatrices. L’eczéma provoque une sensation d’inconfort et de fortes démangeaisons. Non traité, il peut favoriser la survenue d’infections bactériennes de la peau et conduire à un épaississement de celle-ci (appelée lichénification).

Forme aiguë et forme chronique de l’eczéma

L’eczéma se présente sous forme aiguë ou sous forme chronique. On parle d’eczéma aigu, ou de crise d’eczéma, au stade de la formation sur la peau de plaques rouges sur lesquelles apparaissent des vésicules qui gonflent puis suintent avant de sécher en se recouvrant de croûtes. Lorsque ces plaques sont circulaires, évoquant la forme de pièces de monnaie, on parle d’« eczéma nummulaire ».

On diagnostique un eczéma chronique quand les plaques, sèches et épaissies, persistent dans le temps ou lorsqu’on constate des récidives fréquentes : les plaques reviennent sur la peau après avoir disparu quelque temps.

Eczéma et urticaire : quelles différences ?

L’eczéma et l’urticaire sont deux maladies de peau qui se ressemblent et peuvent être confondues. Comme l’eczéma, l’urticaire est une réaction immunitaire de la peau qui se traduit par des rougeurs (érythèmes) et des boutons. Eczéma et urticaire provoquent tous deux des démangeaisons : on a du mal à se retenir de se gratter !

Pourtant, ces deux dermatites diffèrent dans leurs principaux symptômes. Pour chacun d’entre eux, voici les différences qu’il faut avoir en tête.

  • La peau. Dans l’eczéma, l’inflammation se traduit par des plaques de peau rougie, qui sont granuleuses au toucher. En revanche, les rougeurs d’urticaire ne donnent pas au toucher la même impression de rugosité que les vésicules d’eczéma ;
  • Les boutons. Ceux d’eczéma sont petits, ce sont des « vésicules », tandis que l’urticaire se manifeste par des boutons larges et saillants (on parle de « papules »), rouges ou rosés ;
  • Les crises. L’eczéma a tendance à revenir après avoir disparu (par exemple dans le pli du coude chez les enfants) et à s’installer durablement, s’exprimant par crises séparées par des périodes de répit, voire à devenir chronique. L’urticaire, quant à lui, disparaît rapidement la plupart du temps.

Enfin, contrairement à l’eczéma atopique, ce n’est pas toujours un allergène qui provoque une crise d’urticaire. Cette dernière peut aussi être déclenchée par un refroidissement, une maladie infectieuse ou la prise de certains médicaments (aspirine, antibiotiques…).

Quels sont les différents types d’eczéma ?

Bien que l’eczéma soit causé par une réaction immunitaire de la peau à un facteur perturbateur (allergène), on en distingue deux formes principales : l’eczéma atopique et l’eczéma de contact. Si l’eczéma atopique touche des individus présentant un terrain allergique, chacun d’entre nous peut être concerné à n’importe quel moment de sa vie par un eczéma dit « de contact ».

L’eczéma atopique

Appelé aussi dermatite atopique, l’eczéma atopique se manifeste très tôt : dès l’âge de 3 mois. Les rougeurs, les épaississements de la peau et les vésicules caractéristiques apparaissent sur le visage, le cuir chevelu ou bien sur les plis des coudes ou des genoux. C’est une maladie chronique qui évolue par poussées, entrecoupées de périodes calmes, où les lésions sont minimales.

Le plus souvent, après avoir évolué par poussées chez le nourrisson et l’enfant, l’eczéma atopique disparaît à l’adolescence. Toutefois, environ 4 % des plus de 15 ans continuent d’en souffrir.

L’eczéma de contact

Il s’agit d’une réaction cutanée, une inflammation de la peau, mais qui ne se manifeste pas nécessairement sur terrain allergique. Comme son nom l’indique, l’eczéma de contact est causé par le contact, prolongé ou de manière répétée, de la peau avec une substance particulière (végétaux, vêtements, bijoux ou accessoires vestimentaires en métal, cosmétiques, médicaments, produits chimiques…).

Les manifestations de l’eczéma de contact sont généralement localisées aux zones de contact avec les substances allergènes, mais il arrive que l’eczéma diffuse ensuite sur d’autres parties du corps.

L’eczéma de contact présente deux phases :

  • D’abord une phase de sensibilisation, période d’une durée de quelques jours à quelques années pendant laquelle le système immunitaire est activé au contact de la substance, mais sans que des symptômes apparents se développent ;
  • Puis une phase de révélation, les symptômes se développant 24 à 48 heures après que le système immunitaire a été confronté une nouvelle fois à la substance allergisante.

Bon à savoir :
Toute personne, à tout âge de la vie, peut développer un eczéma de contact, même sans prédisposition génétique aux allergies. Le risque est plus élevé chez certains professionnels, par exemple ceux des BTP (au contact du ciment, du plâtre…), les coiffeurs (teintures et autres produits), les personnes qui manipulent du nickel

Eczéma : causes et facteurs de risques

L’eczéma atopique est une maladie des peaux sensibles, comme celles des nourrissons, et des peaux sèches et fragilisées, qui se développe sur un terrain allergique. Il survient sur des peaux dont les couches supérieures ont perdu leur cohésion et leur imperméabilité. Dans le cas de l’eczéma de contact, c’est l’hypersensibilité de la peau à une substance allergène, avec laquelle elle a été en contact de façon répétée ou prolongée, qui entraîne à la longue une réaction exacerbée.

Des facteurs génétiques

Nous ne sommes pas tous égaux face aux risques d’eczéma. Des facteurs génétiques sont déterminants dans les manifestations inflammatoires de la peau en réaction à des allergènes. L’eczéma atopique, la forme la plus courante, se manifeste préférentiellement chez des personnes génétiquement prédisposées. Celles-ci ont un « terrain atopique », c’est-à-dire qui présente une prédisposition génétique à développer une allergie : elles sont susceptibles de souffrir non seulement d’eczéma, mais aussi d’autres allergies courantes, telles que le rhume des foins (et d’autres rhinites allergiques) et l’asthme.

Bon à savoir :
Comme les autres allergies courantes, l’eczéma atopique est plus fréquent chez les enfants dont au moins l’un des parents présente un terrain atopique. Ces enfants représentent plus de la moitié des cas d’eczéma atopique.

Des facteurs environnementaux

La pollution, la présence dans l’environnement de substances potentiellement irritantes pour la peau, sont autant de facteurs de risques de développer un eczéma atopique ou un eczéma de contact : produits chimiques, polluants atmosphériques, tissus, air trop sec ou au contraire trop humide, aliments allergènes…

Le stress

En stimulant la production de cortisol par l’organisme, le stress a une influence néfaste sur le système immunitaire en général, et sur la fonction protectrice de la peau en particulier. En outre, il augmente la sensibilité aux démangeaisons et le grattage des lésions, favorisant l’épaississement de la peau inflammée.

Un problème de peau sèche

Savez-vous pourquoi l’expression « peau sèche » n’a pas pour contraire « peau hydratée » (c’est-à-dire riche en eau) mais « peau grasse » ? Parce que c’est par manque de lipides, c’est-à-dire de graisse, dans sa couche superficielle qu’une peau se dessèche.

Dans une peau normale ou grasse, la présence de ces lipides imperméabilise l’épiderme et empêche l’eau des couches inférieures de s’évaporer.  Dans une peau sèche, la perte d’eau par évaporation fragilise l’épiderme. Celui-ci devient alors plus sensible aux substances allergènes, c’est-à-dire plus susceptible de manifester des allergies telles que l’eczéma atopique et des réactions d’hypersensibilité telles que l’eczéma de contactPlus la peau est sèche, plus ces risques sont accentués. Chez une même personne, elle est souvent plus sèche sur le visage, les bras et les jambes, jusqu’aux mains et aux pieds.

À savoir :
L’eczéma atopique est fréquent sur les plis de la peau, en particulier au niveau des coudes et des genoux. Il est probable qu’un excès d’humidité favorise ici l’inflammation. En effet, la macération de la transpiration cause elle aussi un déséquilibre cutané.

Que faire en cas d’eczéma ?

Lors d’une crise d’eczéma, c’est-à-dire en phase aiguë, votre médecin généraliste ou votre dermatologue vous prescrira un anti-inflammatoire cutané à base de cortisone (dermocorticoïde), sous forme de crème, de pommade ou de lotion, à appliquer localement. Pour une plus grande efficacité et un moindre risque d’effets secondaires, comme pour tout traitement médical, respectez bien les doses et la durée prescrites, ainsi que les précautions supplémentaires à prendre. Évitez notamment d’exposer la peau au soleil.

Il est par ailleurs essentiel d’identifier la cause de l’eczéma, en particulier pour un eczéma de contact. En cas de suspicion, tâchez de supprimer de votre environnement la substance en cause, ou de limiter au maximum les contacts avec elle.

Plus tôt cette dermatite sera prise en charge, plus vite elle guérira et moins elle aura de chances de devenir chronique ou récidivante.

Diagnostiquer l’eczéma du nourrisson

Constatez-vous pour la première fois l’apparition de plaques rouges, voire de vésicules sur la peau de votre bébé ? Même en l’absence de fièvre et surtout s’il vous semble que cela perturbe le sommeil ou l’appétit de votre enfant, notre conseil est de consulter rapidement votre pédiatre, en raison du risque de confusion avec d’autres maladies infantiles. Le médecin établira le bon diagnostic avant de proposer un traitement adéquat.

Soigner l’eczéma variqueux

Cet eczéma très particulier qui touche les jambes n’est ni un eczéma atopique ni un eczéma de contact. Il est causé par une mauvaise circulation sanguine, responsable notamment de varices, qui provoque des inflammations sous-cutanées entraînant des démangeaisons, accentuées lorsque la peau est sèche. Soigner ce type d’eczéma passe donc non seulement par une bonne hydratation de la peau mais aussi par le traitement des troubles de la circulation sanguine : maintien ou reprise d’une activité physique, port de bas de contention…

Peut-on prévenir l’eczéma ?

Puisqu’une peau sèche favorise l’apparition et le développement de l’eczéma, une bonne hydratation de l’épiderme représente à la fois une réponse de soin et un acte de prévention. Les autres facteurs de prévention consistent à limiter au maximum les contacts avec les allergènes. Voici quelques conseils à suivre :

  • Hydrater et « graisser » sa peau quotidiennement, voire deux fois par jour en hiver, saison où la peau se dessèche plus. Utiliser pour cela des crèmes ou laits gras, des huiles de bain neutres, des produits spécifiquement conçus pour les peaux atopiques ;
  • Privilégier les douches aux bains et, dans tous les cas, ne pas se laver avec de l’eau trop chaude ;
  • Utiliser un savon hypoallergénique ;
  • Après la toilette, s’essuyer le corps par tapotements plutôt que par frottements ;
  • Tester ses cosmétiques avant d’en faire un usage régulier ;
  • Pour le linge, utiliser une lessive liquide, à faible dose ;
  • Assouplir son linge au sèche-linge plutôt qu’avec un adoucissant ;
  • Ne pas surchauffer la chambre à coucher (17-19 °C étant de bonnes températures pour dormir) ;
  • Privilégier le port de vêtements en coton ;
  • Limiter son exposition aux allergènes, en aérant tous les jours, en secouant régulièrement literie et tapis et en passant régulièrement l’aspirateur ;
  • En cas de contact avec des substances potentiellement allergènes, porter des gants, en les changeant régulièrement. Se changer et se doucher si le corps a été longuement ou fortement exposé(e) à ces substances ;
  • Réduire les causes de stress ou apprendre à mieux gérer le stress pour limiter les réactions exacerbées de l’organisme ;
  • Privilégier l’allaitement maternel pour limiter le risque d’eczéma chez le nourrisson.

RETOUR À LA LISTE DES ARTICLES

La Matmut vous accompagne...

Pour profiter d’une couverture santé adaptée à vos besoins et à votre budget, choisissez la Mutuelle Ociane Matmut.

Devis santé en ligne

À lire aussi :

7 conseils pour prendre soin de sa peau

Retrouvez nos 7 conseils pour prendre soin de sa peau.