Menu
Accueil / Assurance Habitation / Conseils / Rallumer son chauffage : les gestes à ne pas oublier

Rallumer son chauffage : les gestes à ne pas oublier

Publié en juillet 2021

Alors que les températures se rafraîchissent peu à peu en automne, il est bientôt temps de remettre en route son chauffage pour l’arrivée de l’hiver. Un geste simple ? Pas si sûr ! Éteint depuis des mois et peut-être mal entretenu, votre chauffage peut présenter un dysfonctionnement. En fonction du système dont vous êtes équipé, découvrez les bons gestes à avoir pour le rallumer en toute sécurité.

Dangers de chauffage : ce qu’il faut savoir

Chaque année en France, de nombreux accidents arrivent à cause de systèmes de chauffage mal entretenus. La plupart du temps, il s’agit d’intoxications au monoxyde de carbone, mais il arrive aussi que des incendies se déclarent à cause d’équipements vétustes. Explications.

Les intoxications au monoxyde de carbone

Les intoxications au monoxyde de carbone touchent en moyenne 3 000 personnes par an, dont une centaine décèdent des suites de l’exposition. Gaz inodore, incolore et asphyxiant, il se diffuse très rapidement dans l’air et peut être mortel en moins d’une heure. Une fuite de monoxyde de carbone est le résultat d’une mauvaise combustion au sein d’un appareil dysfonctionnel. Elle peut provenir de chauffages fonctionnant au gaz, au bois, au charbon ou encore au fioul.

Les incendies domestiques

Selon une étude du Planetoscope, un incendie domestique a lieu toutes les deux minutes en France, et un sur quatre est déclenché par un accident électrique. Souvent considérés comme plus sécurisés, les chauffages électriques présentent pourtant des risques de sécurité réels s’ils ne sont pas entretenus comme il le faut. Un réseau électrique non adapté à la puissance de votre chauffage, un petit jouet tombé à l’intérieur ou encore du linge oublié sur le radiateur : les causes d’un départ de feu peuvent être nombreuses.

Il est à garder en tête que les autres types de chauffage (au gaz, au bois, etc.) présentent également des risques d’incendie.

À lire aussi : Quels sont les dangers du monoxyde de carbone ?

Rallumer un chauffage au gaz ou au fioul

Si votre logement est équipé d’un chauffage au gaz ou au fioul, l’Agence de la transition écologique (Ademe) recommande de le faire vérifier par un professionnel une à deux fois par an. En raison de leur système complexe, il est préférable de faire appel à un chauffagiste qualifié pour s’assurer de leur bon fonctionnement.

Lors de sa visite, l’artisan devra vérifier l’état général de votre chaudière à gaz ou au fioul, la nettoyer et éventuellement entretenir les conduits de fumée par ramonage mécanique. Il évaluera aussi ses performances énergétiques et ses émissions de polluants atmosphériques. Évidemment, il mesurera le taux de monoxyde de carbone dans l’air ambiant. À l’issue de sa visite, il vous remettra une attestation attestant du bon fonctionnement de votre chauffage. Gardez-la précieusement : elle vous sera utile auprès de votre assurance habitation en cas de sinistre.

Sachez enfin que la ventilation est très importante avec des chauffages de ce type. Prenez soin de nettoyer la graisse et la poussière pouvant obstruer les bouches et grilles d’aération de votre équipement.

À lire aussi : Chauffer sa maison en hiver : quelle température idéale ?

Les radiateurs électriques

S’ils nécessitent a priori peu d’entretien, quelques bons gestes vous permettront néanmoins de rallumer vos radiateurs électriques en toute sécurité. L’essentiel est d’abord de vérifier que rien n’a pu entrer à l’intérieur : un petit objet quel qu’il soit risquerait de fondre lorsque le chauffage sera en marche.

Dépoussiérez également soigneusement votre installation, notamment les entrées et sorties d’air, au risque de subir au démarrage une mauvaise odeur de brûlé ! Par ailleurs, la chaleur se diffusera moins bien si elle est obstruée par de la saleté. Pour cette tâche, équipez-vous d’un simple chiffon humide – pas d’eau ou de savon. Il est conseillé de faire vérifier son chauffage électrique par un professionnel tous les 4 à 5 ans.

Les cheminées et les poêles à bois

Comme le chauffage à gaz, le principal risque avec les cheminées ou les poêles à bois est la diffusion non détectée de monoxyde de carbone. Pour parer à toute intoxication avec les fumées dégagées lors de la combustion, il est obligatoire de faire ramoner son installation une à deux fois par an. Le mieux est de faire appel à un professionnel qualifié, qui vous remettra un certificat de ramonage attestant de la vacuité du conduit sur toute sa longueur. Le cas échéant, ce certificat permet à votre assureur de vérifier qu’un éventuel sinistre n’est pas lié à un défaut d’entretien.

Les radiateurs à eau chaude

Les radiateurs à eau chaude doivent être purgés tous les ans avant d’être remis en route. Et ce, qu’ils soient en acier, en fonte ou en aluminium. Cette opération permet de contrôler la présence d’air dans le circuit : il ne doit y avoir que de l’eau. En effet, si de l’air se trouve dans le système, des défauts de fonctionnement peuvent être relevés.

Généralement, les radiateurs à eau disposent d’une vis de purge à dévisser pour évacuer les bulles d’air. Pour cela, désactivez votre chauffage avant de commencer, puis placez un récipient sous la vis. Dévissez doucement celle-ci jusqu’à entendre un sifflement. Lorsque le purgeur se met à cracher un filet d’eau régulier, resserrez à nouveau la vis.

Il peut également être judicieux d’inspecter méticuleusement votre installation pour détecter une éventuelle fuite au niveau des joints et des raccords. Dans tous les cas, au moindre doute sur la marche à suivre, n’hésitez pas à contacter un professionnel.

La Matmut vous accompagne

Assurez votre logement avec la Matmut et profitez d’une protection sur mesure, selon vos besoins et votre budget. Choisissez parmi nos différents contrats d’assurance habitation et soyez couvert en cas de sinistre.

Devis en ligne