Menu
Accueil / Mutuelle Santé Ociane / Conseils / Mutuelle et médecine douce : quel remboursement ?

Mutuelle et médecine douce : quel remboursement ?

Publié en Octobre 2018

Sophrologie, ostéopathie, homéopathie : les Français sont de plus en plus nombreux à avoir recours aux médecines douces. Pourtant, 44 %* déclarent être freinés par des soins jugés trop chers, et pas toujours pris en charge. Remboursement des médecines douces par la mutuelle, par la Sécurité sociale : les informations à connaître.

Médecine douce et remboursement par la Sécurité sociale : plusieurs cas de figure

Contrairement aux médecines conventionnelles qui prescrivent des médicaments et des molécules chimiques, les médecines douces (aussi appelées médecines alternatives) prônent l’utilisation de traitements naturels, souvent à base de plantes médicinales et de massages, pour soigner une pathologie donnée.
Parmi les plus courantes, on retrouve en tête de liste l’ostéopathie, l’acupuncture, la sophrologie ou encore le shiatsu.

Pour faire l’objet d’un remboursement par la Sécurité sociale, les médecines douces doivent être reconnues par le Conseil National de l’Ordre des Médecins.
Quatre disciplines ont obtenu cette reconnaissance jusqu’à présent :

  • la mésothérapie : injections médicales sur des zones spécifiques
  • l’ostéopathie : manipulations manuelles soulageant les troubles musculosquelettiques, principalement, mais aussi d'autres affections comme les troubles circulatoires, ou psychologiques (stress et anxiété)
  • l’acupuncture : pratique chinoise ancestrale consistant à stimuler des points précis grâce à des aiguilles plantées sur la surface de la peau
  • l’homéopathie : traitement généralement à base de plantes

La Sécurité sociale prend donc en charge le remboursement partiel de ces médecines douces, à condition que le praticien soit conventionné. Le remboursement s’élève à 70 % du prix de la consultation sur la base du tarif d’un médecin généraliste et les médicaments homéopathiques sont pris en charge à hauteur de 30 %.

Bon à savoir
En juillet 2019, le gouvernement a annoncé le déremboursement progressif de l’homéopathie. Dès le 1er janvier 2020, les produits pharmaceutiques seront remboursés à hauteur de 15 % au lieu de 30 % auparavant. Ils ne seront plus remboursés à partir du 1er janvier 2021.

À lire aussi : Quel remboursement des dépenses de santé par l'Assurance Maladie et la mutuelle santé ?

Le remboursement de la médecine douce par la mutuelle

Étant donné la popularité grandissante des médecines alternatives, de plus en plus de mutuelles proposent le remboursement de la médecine douce dans leurs contrats santé. Le rôle de la mutuelle est double :

  • prendre le relai de la Sécurité sociale dans le remboursement des soins reçus par l’assuré,
  • participer à la prise en charge d’une prestation spécifique, non remboursée par l’Assurance Maladie. 

En général, les mutuelles proposent des remboursements sur la base d’un forfait annuel. Le patient est remboursé à hauteur d’un certain montant et pour un certain nombre de séances par an.

S’il n’y a que 4 disciplines partiellement remboursées par la Sécurité sociale, cela n’est pas forcément le cas dans un contrat de mutuelle santé. D’autres médecines douces peuvent être prises en charge. Des consultations d’hypnose, de chiropractie, de réflexologie ou de diététique, par exemple, peuvent être remboursées partiellement par une mutuelle.

Comme les disciplines prises en charge varient d’un organisme à l’autre, il convient de lire attentivement le contrat proposé par une mutuelle pour connaître la liste précise des médecines alternatives remboursées, et faire le bon choix au moment de souscrire.

RETOUR À LA LISTE DES ARTICLES

La Matmut vous accompagne…

Les médecines douces sont comprises avec la Mutuelle Ociane Matmut qui, selon le niveau de garantie souscrit, prend en charge jusqu’à 160 € par an, pour les actes non remboursés par la Sécurité sociale.

Devis santé en ligne

Comment utiliser les huiles essentielles sans danger ?  Découvrez toutes les précautions à prendre

À lire aussi :

Comment utiliser les huiles essentielles sans danger ?

Découvrez toutes les précautions à prendre