Menu
Accueil / Mutuelle Santé Ociane / Conseils / Vaccins : quelles sont les idées reçues ?

Vaccins : quelles sont les idées reçues ?

Publié en Août 2020

Vaccins obligatoires, vaccins recommandés, effets secondaires, inefficacité, dangerosité : les controverses sur la vaccination sont nombreuses. Parmi toutes les idées reçues sur les vaccins, il n’est pas toujours simple de s’y retrouver et de démêler le vrai du faux. La Matmut fait le point et vous dit tout sur les vaccins.

Les vaccins sont inutiles

C’est faux. En 2020, les vaccins restent extrêmement efficaces et utiles, et ce, même dans les pays riches et développés. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la vaccination permet de sauver 2 à 3 millions de personnes chaque année dans le monde.

La vaccination est un acte de prévention. Elle permet de protéger la personne qui se vaccine, et évite la transmission des maladies infectieuses par la même occasion. Un vaccin est donc une protection individuelle, mais aussi collective, puisqu’il réduit le nombre de sources possibles de contamination d’une maladie.

La vaccination n’est pas sans risque

C’est faux. Des centaines de millions de personnes sont vaccinées chaque année dans le monde. Les vaccins sont des médicaments : à ce titre, ils sont contrôlés et testés et doivent répondre à des conditions de sécurité et d’efficacité encadrées par les autorités sanitaires. Les vaccins ont permis d’endiguer de très nombreuses épidémies.

Les réactions après vaccination sont mineures et seuls quelques effets indésirables surviennent parfois. Il peut s’agir d’une rougeur, d’une douleur ou d’un léger gonflement à l’endroit où a été réalisée l’injection. En réaction au vaccin, des courbatures, un peu de fièvre et des maux de tête peuvent aussi apparaître, mais cela ne dure pas plus de 24 à 48 heures. Le risque de développer une maladie grave en ne se vaccinant pas est donc plus important que de voir apparaître des effets secondaires après une vaccination.

À lire aussi : Quels sont les vaccins recommandés chez l’adulte ?

Les vaccins diminuent la protection de notre système immunitaire

C’est faux. La protection naturelle permise par notre système immunitaire n’est pas impactée par les vaccins. Ainsi, même après une vaccination, les protections naturelles du système immunitaire restent fonctionnelles et continuent de protéger l’organisme contre les allergènes ou les germes pour lesquels il n’existe pas de vaccin. Système immunitaire et vaccins sont donc complémentaires.

Les vaccins obligatoires ne sont pas tous utiles

En France, certains vaccins sont obligatoires et d’autres recommandés. Le calendrier vaccinal 2020 prévoit dans la liste des vaccinations obligatoires avant l’âge de 18 mois pour les nourrissons : diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP), coqueluche, haemophilus Influenza de type B (HIB), hépatite B, pneumocoque, méningocoque C, rougeole-oreilllons-rubéole (ROR). La vaccination contre la tuberculose (BCG) est recommandée, ainsi que celle contre le papillomavirus humain (HPV), la grippe (tous les ans) et le zona.

Même si certaines maladies semblent avoir disparu, ce n’est jamais complètement le cas. La polyomyélite, par exemple, persiste dans certains endroits de la planète. Cette maladie, bien que rare, peut entraîner des paralysies dès lors que le virus touche la moelle épinière et les neurones. Le tétanos est lui aussi encore présent. En France, cette maladie a touché 36 personnes entre 2008 et 2011, et 11 d’entre elles en sont décédées.

À lire aussi : L’essentiel à savoir sur les papillomavirus humains

On ne peut pas contracter une maladie contre laquelle on est vacciné

C’est faux. Toutefois, la probabilité est faible. En effet, il est possible d’attraper une maladie contre laquelle on a été vacciné. Les chances de tomber malade dépendent alors des caractéristiques des individus vaccinés, mais aussi du type de vaccination.

Certains vaccins, tels que celui contre la diphtérie et le tétanos, ont une efficacité proche de 100 %. En revanche, des vaccins comme celui contre la grippe ne sont pas toujours parfaitement adaptés aux souches du virus. Ceci s’explique par l’impossibilité de prévoir quels virus circuleront pendant l’hiver. À noter tout de même que si une personne vaccinée tombe malade, les effets seront moins graves que chez une personne non vaccinée.

La protection d’un vaccin est définitive

C’est faux. Certains vaccins garantissent une immunité à vie contre une maladie. Mais pour d’autres vaccins, tels que celui contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche ou encore la poliomyélite, la protection disparaît après un certain nombre d’années. C’est pourquoi le calendrier vaccinal prévoit plusieurs vaccins pendant l’enfance : c’est ce qu’on appelle des rappels.

Après un vaccin, la protection est immédiate

C’est faux. L’organisme a besoin d’un certain temps pour fabriquer les anticorps spécifiques à la maladie contre laquelle on se vaccine. Cette étape s’appelle la séroconversion.

Pour un vaccin ne nécessitant qu’une seule injection, comme c’est le cas pour la fièvre jaune ou encore l’hépatite A, deux à trois semaines sont généralement nécessaires pour que la protection apportée par le vaccin soit efficace. Pour les vaccins nécessitant 2 ou 3 doses, soyez rassuré, la protection intervient dès l’administration de la première injection. Mais cette protection ne dure que si le calendrier vaccinal est respecté et les rappels effectués.

À lire aussi : Quels sont les vaccins obligatoires pour les enfants ?

RETOUR À LA LISTE DES ARTICLES

La Matmut vous accompagne...

Pour vous assurer une protection optimale, la Mutuelle Ociane Matmut rembourse les vaccins obligatoires, notamment ceux pour les voyages à l’étranger non pris en charge par l’Assurance maladie grâce au Pack jeune inclus dans toutes les formules Ociane Évolution.

Devis santé en ligne

Anciennes maladies

À lire aussi :

Anciennes maladies : pourquoi sont-elles de retour ?

Explication du retour de ses affections