Menu
Accueil / Assurance Habitation / Conseils / Mérule et autres champignons du bois : que faire ?

Mérule et autres champignons du bois : que faire ?

Publié en août 2021

La mérule, que l’on surnomme « lèpre des maisons », est sans doute le plus redoutable des champignons du bois. Il faut dire qu’elle peut grandement fragiliser une charpente si l’on ne s’attaque pas à elle et à ce qui la cause – au point d’entraîner un effondrement d’une partie du bâti ! Comment la détecter ? Comment la traiter ? Quels sont les autres champignons du bois à craindre ? Faisons le point.

Comment détecter la mérule ?

 La mérule est un champignon dont la présence est assez difficile à confirmer. En effet, dans la plupart des cas d’infestation, elle se cache derrière des cloisons ou des doublages, la rendant invisible au quotidien. C’est bien souvent lors de travaux de rénovation de sa résidence principale qu’on la découvre, avec son aspect très spécifique rappelant une longue et fine toile d’araignée.

Elle apparaît en règle générale dans les maisons trop humides, dès que la teneur du bois en eau dépasse les 30 % (un pourcentage qui varie en fonction du type de bois). On la trouve dans une cinquantaine de départements, situés principalement dans le nord de la France et dans l’ouest, mais l’Île-de-France n’est pas épargnée.

Si vous en constatez la présence, la loi vous impose d’effectuer une déclaration en mairie. De même, si vous êtes en phase de vente du bien, vous devez en informer le futur propriétaire. Enfin, dernière obligation, le traitement : il doit être réalisé par un professionnel spécialisé en mérule. En effet, les architectes considèrent que la mérule est plus dangereuse encore pour le bois que ne peuvent l’être les termites !

À lire aussi : Comment débarrasser sa maison des termites ?

 

Préparer l’intervention du professionnel

 Avant de faire intervenir un professionnel du secteur, habilité et formé à la lutte contre la mérule en milieu domestique, il convient de faire baisser le taux d’humidité du logement. Une fois ceci effectué, il est temps de réparer les dégâts pour réduire les risques de réinfestation.

 

Assécher la maison

Trois semaines : c’est la durée de vie de la mérule dans une maison dont le taux d’humidité est inférieur à 22 %. Pour lutter contre ce champignon, il faut donc impérativement assécher le bâtiment.

Pour cela, plusieurs solutions sont possibles :

  • une bonne ventilation (c’est d’ailleurs le meilleur moyen de prévenir l’apparition de la mérule) ;
  • un chauffage plus performant ou plus fort qu’à l’accoutumée ;
  • la pose d’appareils de déshumidification ;
  • l’injection de résine dans les murs, afin de supprimer les causes d’humidité…

Appliquez ce protocole durant au moins quatre semaines. Ainsi, vous ferez petit à petit baisser le taux d’humidité de votre logement et pourrez passer aux réparations des dégâts.

 

Réparer les parties abîmées

La mérule a attaqué vos combles, vos murs et / ou vos sols ? Il va falloir réparer les dégâts avant toute opération fongicide. N’hésitez pas à demander à des professionnels du bâtiment d’intervenir. Il va en effet falloir réparer toutes les parties de votre maison qui contiennent de la cellulose : le bois, les revêtements de murs (en tissu ou en papier), les lambris… Parfois, il faudra même consolider des structures porteuses, démonter des poutres ou l’ossature d’un plancher. L’expérience professionnelle en la matière est donc impérative.

Un conseil : demandez à plusieurs artisans de vous faire un devis. D’une part, vous mettrez toutes les chances de votre côté pour obtenir les tarifs les plus intéressants. D’autre part, vous pourrez débusquer de nouvelles zones infectées, découvertes par un artisan à l’œil plus aiguisé que ses concurrents.

À lire aussi : Comment entretenir sa maison au printemps ?

 

La destruction de la mérule

 La mérule est un champignon malheureusement très résistant. Vous ne pourrez donc pas vous en débarrasser en remplaçant uniquement les parties où elle est apparue très clairement. Ainsi, en parallèle des travaux menés dans votre maison, faites intervenir un professionnel qui diffusera un traitement fongicide afin d’empêcher la prolifération de ce champignon.

Il existe deux types de traitements contre la mérule :

  • un traitement chimique, à manier avec précaution, incluant des produits toxiques pulvérisés ou injectés dans les bois de la maison, une fois ces derniers passés au chalumeau ;
  • un traitement plus naturel, consistant à augmenter fortement la température du domicile à traiter pour lui faire atteindre les 50 °C pendant environ 16 heures.

Traiter sa maison contre la mérule a un prix, loin d’être négligeable. En effet, selon le degré d’infestation, le coût de l’intervention d’un professionnel se situe entre 80 et 200 euros du mètre carré. Soit environ 5 000 euros pour une poutre, 7 000 à 12 000 euros pour une pièce entière, voire 15 000 à 70 000 euros pour toute une charpente !

Vous l’aurez compris, avec la mérule, mieux vaut prévenir que guérir. Aérez donc régulièrement votre maison afin de lutter contre l’humidité au quotidien. Vous mettrez toutes les chances de votre côté pour ne pas voir apparaître ce champignon chez vous.

À lire aussi : Comment entretenir sa cheminée ?

 

D’autres champignons attaquent le bois

La mérule n’est pas le seul champignon dangereux pour le bois – mais c’est le plus redoutable, tant il semble se diffuser rapidement dans les maisons et contaminer de plus en plus de pièces. Si vous habitez dans une région humide, d’autres parasites peuvent menacer la structure de votre domicile, en extérieur principalement (en raison de l’eau stagnante) ou en intérieur (en cas de fuite ou de projections d’eau).

S’en apercevoir est assez simple : si votre bois présente des traces noires ou bleues, il est plus que probable qu’il soit infesté par des champignons. De même, le bois peut avoir tendance à s’effriter lorsqu’on le gratte.

À lire aussi : Ramonage des conduits de cheminée et assurance habitation

Comment lutter contre les champignons courants du bois ?

 Votre bois est abîmé par des champignons, mais ce n’est pas la mérule ? Les supprimer devrait être assez simple – et bien moins coûteux. Vous pouvez en effet :

  • appliquer un produit nettoyant pour le bois, comme le N100 ;
  • utiliser un produit fongicide spécial moisissures du bois ;
  • rendre le bois plus fort avec un primaire assainissant PA400, complété avec un saturateur pour le renforcer encore davantage.

En cas de doute, faites appel à un professionnel pour qu’il réalise un diagnostic de votre maison et de l’ampleur de l’infestation. Un bois assaini, c’est la garantie d’une maison solide dans la durée.

Une fois cette opération effectuée, faites l’acquisition de quelques produits pour prévenir la réapparition des champignons. Il est aujourd’hui recommandé d’utiliser pour cela des produits et des traitements naturels, sans insecticide ou fongicide, comme le HM1, la Patine de l’Indien, ou encore le Wood Bliss. Ils sont vendus par la plupart des enseignes de bricolage, qu’elles soient grand public ou spécialisées.

La Matmut vous accompagne

Avec son contrat d’assurance habitation personnalisable et adapté à vos besoins, la Matmut est à vos côtés en cas de sinistre !

Devis en ligne