Menu
Accueil / Mutuelle Santé Ociane / Conseils / Couvre-feu, confinement : comment lutter contre le stress ?

Couvre-feu, confinement : comment lutter contre le stress ?

Publié en mars 2021

La crise du Coronavirus oblige le Gouvernement à prendre des mesures de prévention sanitaire, parmi lesquelles les confinements et les couvre-feux. Mais ces bouleversements du quotidien ont aussi un impact sur la santé et le moral des Français, notamment les jeunes adultes, parfois isolés ou en situation précaire. Ces périodes de restriction des libertés sont source de stress et d’anxiété. Un mal-être qui peut avoir des conséquences lourdes. Pour vous aider dans cette période de confinement et de couvre-feu, retrouvez des conseils qui vous permettront de repérer les signes d’anxiété, de les comprendre et, surtout, de lutter contre le stress.

Confinement : quel impact sur la santé mentale ?

Il n’est pas surprenant que pour beaucoup de personnes, le couvre-feu ou le confinement provoquent une situation de stress contre laquelle elles doivent lutter. Ces périodes sont source de souffrances psychiques, notamment chez les gens isolés, comme peuvent l’être les jeunes, les étudiants.

De manière globale, le stress se présente comme une réaction du corps face à une situation particulièrement compliquée, inhabituelle, ou une pression ressentie du fait d’une situation ou d’une échéance. Dans ce cas, le corps produit une hormone appelée cortisol, qui entraîne une suite de symptômes (voir ci-dessous). Il n’est donc pas étonnant de voir que le confinement ou le couvre-feu soient vécus comme une source de stress totalement inédite.

Si ces mesures peuvent avoir des effets bénéfiques d’un point de vue sanitaire, elles impliquent également un changement radical dans le quotidien des Français, dans leurs habitudes. Notamment, le confinement limite les activités permettant de s’évader, que ce soit le sport, les balades, les sorties culturelles, les interactions sociales avec ses proches. Pour un jeune – un étudiant plus particulièrement – ces privations se couplent à une situation financière généralement instable et à une sédentarité dans des logements de petite taille.

Conséquence de ce bouleversement : selon des chiffres de Santé Public France de novembre 2020, la santé mentale des Français s’est dégradée de manière notable depuis le début de l’automne 2020. Santé Public France déplore notamment que le nombre de dépressions a doublé depuis septembre 2020, plus particulièrement chez les individus fragiles psychologiquement, les inactifs et les jeunes.

À lire aussi : Covid-19 : quels impacts sur la santé psychologique ?

Quels sont les causes du stress ?

Si le confinement et le couvre-feu sont des périodes compliquées à gérer pour énormément de monde, elles peuvent être encore plus stressantes pour certains individus. Cela vient notamment de leurs environnements et de leur manière de vivre ce confinement. En effet, le lieu de vie représente un facteur majeur de stress : cela concerne aussi bien le quotidien dans un petit espace – type chambre d’étudiant – que la promiscuité avec une ou plusieurs personnes.

Autre cause du stress lié au confinement et au couvre-feu : la peur de voir son quotidien bouleversé et des conséquences de la situation de crise.
Cela peut être aussi :

  • des craintes liées à l’économie, par rapport à l’instauration du télétravail ou d’un chômage partiel ou total ;
  • la peur de la maladie, pour soi et ses proches, ainsi que la peur de peut-être perdre un proche ;
  • une anxiété liée à l’absence de lieux d’évasion, de divertissement (cinéma, théâtre, salles de concert, bars, restaurants, etc.).

Au-delà de ces causes liées à la crise du coronavirus, le stress peut également être causé par des facteurs plus « classiques », mais exacerbés en période de confinement :

  • le tabac ;
  • une consommation importante d’alcool ;
  • une « hyperconnexion », notamment en cas de télétravail ;
  • une mauvaise alimentation ;
  • un manque d’exercice physique ;
  • une faible exposition à la lumière du jour ;
  • des troubles du sommeil, etc.

À lire aussi : Dépression : quels sont les signes ?

Quels sont les effets du stress ?

En période de stress, le corps va tenter de s’adapter à la situation, y compris si elle est négative. Si vous vivez mal le confinement ou le couvre-feu, il est alors possible que vous ressentiez des répercussions au niveau de votre organisme à plus ou moins court terme. Il est important de noter que chaque individu est différent et que tout le monde ne réagira pas de la même façon au stress. Si vous devez faire face à un changement important dans votre quotidien, comme cela peut arriver en cette période de crise sanitaire forcément particulière, vous pouvez être sujet au stress. À court terme, il est possible que vous ressentiez les effets suivants :

  • fatigue ;
  • nervosité ;
  • troubles du sommeil ;
  • troubles de l’appétit ;
  • humeur morose, chagrine ;
  • baisse de confiance en soi ;
  • crise de larmes ;
  • contractions musculaires.

Sur le long terme, si les choses n’évoluent pas, les effets du stress peuvent se montrer beaucoup plus importants (problèmes de mémoire, épuisement), voire entraîner certaines pathologies :

  • burn-out ;
  • dépression ;
  • alcoolisme ;
  • tabagisme ;
  • maladies cardiovasculaires.

Dès les premiers signes annonciateurs de stress, il convient donc de réagir afin d’éviter de s’enliser dans cette situation.

À lire aussi : Quels sont les effets du stress sur la santé ?

4 conseils pour lutter contre le stress en confinement

Il existe plusieurs méthodes simples pour vous permettre de lutter contre le stress en période de confinement.

1. Aménager son temps et son espace de télétravail

En cette période de crise sanitaire, le travail à distance s’est démocratisé, que ce soit pour les activités professionnelles ou pour les cours. Mais ce mode de fonctionnement, et cette frontière plus floue entre vie professionnelle et personnelle, peut générer du stress.

Pour éviter le stress en télétravail, vous pouvez mettre en œuvre certains gestes au quotidien :

  • aménager un espace dédié au télétravail afin de séparer physiquement les vies professionnelle et personnelle ;
  • conserver les mêmes horaires qu’au bureau ;
  • travailler près d’une fenêtre pour profiter de la lumière naturelle ;
  • soigner sa posture pour éviter les maux de dos et se lever du bureau au moins une fois le matin et une fois l’après-midi ;
  • prendre des temps de pause et une vraie pause déjeuner ;
  • conserver du lien avec vos collègues, notamment par visio ;
  • déconnecter vos réseaux professionnels une fois la journée de travail terminée.

2. Maintenir un contact social

Pour beaucoup – notamment les plus jeunes et les étudiants – l’un des risques du confinement et, dans une moindre mesure, du couvre-feu, reste l’isolement. Une situation qui peut, là encore, générer un grand stress.

Si vous constatez l’arrivée de premiers signes de stress ou d’anxiété, le premier réflexe à avoir est d’extérioriser ce que vous ressentez. N’hésitez pas à en parler à des membres de votre famille, des amis, des collègues, des voisins. Si vous êtes physiquement isolé, il existe des structures d’écoute conçues spécialement pour vous apporter une écoute, comme SOS Amitié.

D’une manière générale, tentez autant que possible de maintenir un contact avec vos proches, ne serait-ce que par téléphone ou par appel vidéo (via Skype, Zoom, Google Meet, etc.) afin de limiter l’impression de solitude. Et surtout, gardez en tête que cette situation n’est que temporaire.

À lire aussi : 12 astuces pour lutter contre l’anxiété

3. Faites du sport

Une activité physique régulière est l’une des clés pour réduire son stress en période de confinement ou de couvre-feu. Certes, les salles de sport sont fermées, mais si le temps le permet, il est toujours possible de courir en extérieur.

Mieux, vous pouvez aussi réaliser très simplement des exercices en restant chez vous. Pratiquer une activité est bénéfique non seulement pour le corps – tonicité, renforcement musculaire – mais aussi pour le moral. Cela permet de vous libérer l’esprit, d’évacuer le stress.

Pour vous aider, le Ministère des sports a publié un document, « Faire du sport à la maison en ligne » recensant des applications gratuites pour faire de l’exercice physique et du yoga à domicile.

4. Faire de la méditation

En période de stress, il est primordial de prendre soin de soi. La méditation et les exercices de respiration apparaissent comme un excellent moyen de réduire votre niveau de stress et d’anxiété, de conserver votre calme, d’améliorer votre concentration. La méditation permet notamment de stimuler les zones du cerveau en lien avec les sentiments positifs. Des exercices réguliers vous permettront ainsi de rester zen, positif, plus optimiste et contribueront à chasser les pensées négatives, source de stress.

Mais la méditation ne fait pas seulement du bien au moral. Les bienfaits de la relaxation sont nombreux :

  • meilleure concentration ;
  • meilleure immunité ;
  • réduction des douleurs ;
  • réduction des risques de maladies cardiovasculaires.

Vous trouverez très facilement des exercices de méditation via des applications gratuites à télécharger – Petit bambou, Evolum, Mindful Attitude – ou des vidéos sur des plateformes telles que YouTube et Dailymotion.

À lire aussi : 5 bienfaits de la méditation sur la santé

RETOUR À LA LISTE DES ARTICLES

La Matmut vous accompagne...

En cette période de crise sanitaire, la Mutuelle Ociane Matmut vous accompagne te vous protège avec des formules spécialement adaptées à votre situation, vos besoins et votre budget.

Devis santé en ligne

La prise en charge pour une dépression

À lire aussi :

Dépression : quelle prise en charge ?

Traitement des troubles dépressifs