Menu
Accueil / Mutuelle Santé Ociane / Conseils / Tout savoir sur la fin du remboursement de l’homéopathie en 2021

Tout savoir sur la fin du remboursement de l’homéopathie en 2021

Publié en novembre 2020

Clap de fin pour le remboursement partiel de l’homéopathie. Aujourd’hui remboursés à hauteur d’environ 15 %, les médicaments homéopathiques ne seront plus du tout pris en charge dès le 1er janvier 2021. Une décision prise par l’ex-ministre de la Santé, Agnès Buzyn, sur les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS). Focus sur ce déremboursement total de l’homéopathie en 2021.

Un déremboursement par étapes

La fin du remboursement de l’homéopathie s’est faite progressivement, en cinq étapes :

  1. de 1984 à 2003, l’homéopathie est remboursée à hauteur de 65 % ;

  2. de 2003 à 2010, les remboursements passent à 35 % ;

  3. de 2011 à 2019, les remboursements baissent à hauteur de 25-30 % ;

  4. en 2020, les remboursements diminuent encore, à hauteur de 10-15 % ;

  5. dès le 1er janvier 2021, les remboursements deviennent nuls et tombent à 0 %.

Selon les explications de l’ex-ministre de la Santé, la baisse des remboursements enclenchée dès le 1er janvier 2020 – passant de 30 % à 15 % environ – a été mise en œuvre afin d’opérer une « période de transition », avant le déremboursement total de l’homéopathie en 2021. À noter : l’Assurance Maladie aurait remboursé 126,8 millions d’euros pour les produits homéopathiques en 2018.

Bon à savoir
Deux grandes catégories de médicaments homéopathiques se distinguent en France. D’une part, il y a les médicaments homéopathiques à nom commun, remboursables sur prescription médicale et ayant répondu à la procédure d’enregistrement pour faire partie des médicaments homéopathiques. D’autre part, les médicaments homéopathiques à nom de marque, non remboursables car les laboratoires concernés n’en ont jamais fait la demande. Ces derniers bénéficient uniquement d’une autorisation de mise sur le marché (AMM).

À lire aussi : Santé : ce qui a changé au 1er janvier 2020

Une recommandation de la HAS

Cette décision de mettre fin au remboursement des petits granules a été prise sur recommandation de la Haute autorité de santé (HAS), qui a effectué une étude de grande ampleur sur les produits homéopathiques remboursables – c’est-à-dire à nom commun. Pendant 9 mois, près de 1 200 médicaments homéopathiques ont ainsi été analysés. En outre, la HAS a passé au crible de nombreuses publications scientifiques ainsi que les dossiers et documents fournis par les laboratoires concernés.

Les critères de l’étude

Plusieurs critères ont été pris en compte par la HAS pour évaluer les médicaments homéopathiques :

  • l’efficacité des produits et leurs éventuels effets indésirables ;
  • la place que les médicaments homéopathiques prennent dans la stratégie thérapeutique, notamment par rapport aux autres traitements disponibles ;
  • le caractère plus ou moins grave des affections auxquelles ces produits sont destinés et leur intérêt en termes de santé publique.

Les conclusions de l’étude

Sur un ensemble de 24 affections et symptômes (anxiété, verrues plantaires, infections respiratoires aigües chez l’enfant, etc.), la commission de la transparence de la HAS a considéré que les produits homéopathiques n’étaient pas assez efficaces, d’un point de vue scientifique, pour continuer à bénéficier d’un remboursement. Parmi les principaux arguments, on peut citer :

  • l’impossibilité de prouver l’efficacité des produits sur l’ensemble des 24 affections étudiées ;
  • la non-nécessité de recourir automatiquement aux médicaments – homéopathiques ou non – en cas de troubles peu sévères ou guérissant spontanément ;
  • l’absence d’étude fiable et conséquente sur l’impact de l’homéopathie au niveau de la qualité de vie des patients ;
  • l’absence de répercussion de la prise de l’homéopathie sur la consommation d’autres médicaments, sur la diminution de l’usage abusif ou inapproprié, sur le nombre d’hospitalisations, sur les retards dans la prise en charge ou encore sur l’organisation des soins.

Le Gouvernement a donc décidé de suivre l’avis de la HAS. La liste des produits homéopathiques qui ne seront plus remboursés dès le 1er janvier 2021 est à retrouver dans l’annexe de l’arrêté du 4 octobre 2019 relatif au déremboursement total. Sachez que si elle n’est plus remboursée, l’homéopathie reste tout à fait légale et autorisée à la vente. Toutefois, son prix augmentera, notamment à cause de la hausse « mécanique » de la TVA et du prix certainement plus élevé que fixeront les laboratoires fabricants.

Le saviez-vous ?
Contrairement aux autres types de médicaments, l’homéopathie n’avait pas été évaluée scientifiquement avant de faire partie des produits remboursables il y a plusieurs décennies. L’étude réalisée par la HAS constitue donc la première évaluation scientifique française sur les produits homéopathiques.

À lire aussi : Automédication : les règles pour ne pas se mettre en danger

RETOUR À LA LISTE DES ARTICLES

La Matmut vous accompagne...

Avec la Mutuelle Ociane Matmut en médecines douces, profitez de nombreux avantages sur l’homéopathie : forfait annuel, prise en charge des frais, coaching santé, etc.

Devis santé en ligne

Réforme 100% santé

À lire aussi : 

Qu'est-ce que la réforme 100 % santé ?

Découvrez toutes les informations et conseils pratiques relatifs à la réforme