Menu
Accueil / Assurance Auto / Conseils / Détecteur de radars : que dit la loi ?

Détecteur de radars : que dit la loi ?

Publié en février 2021

En France, l’utilisation d’un détecteur de radars est interdite par la loi depuis le décret du 4 janvier 2012. Selon l’article R. 413-15 du code de la route, « le fait de détenir ou de transporter un appareil [permettant de] déceler la présence ou perturber le fonctionnement d'appareils, instruments ou systèmes servant à la constatation des infractions à la législation ou à la réglementation de la circulation routière […] est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la cinquième classe ». De quels appareils est-il question ? Faisons le point.

Détecteur, avertisseur et brouilleur de radars : des appareils interdits en France

Les radars sont des appareils ayant pour but principal de faire respecter les limitations de vitesse en vigueur et ainsi de réduire la vitesse de certains automobilistes sur les routes. Toutefois, pour éviter les amendes et la perte de points de permis en raison d’une vitesse excessive, certains automobilistes ont recours à des équipements spécifiques, à l'instar des détecteurs, des avertisseurs et des brouilleurs de radars. Ces appareils sont pourtant totalement illégaux en France.

Détecteurs de radar

Le détecteur de radar, interdit en France, prend la forme d'un boîtier placé à l'avant du véhicule. Ce boîtier est capable de détecter les ondes électromagnétiques émises par les radars fixes et mobiles et ainsi d’indiquer leurs positions exactes aux automobilistes.

Avertisseurs de radar

Les avertisseurs de radar fonctionnent différemment des détecteurs de radars. Grâce à la géolocalisation GPS de l'automobiliste, l'avertisseur de radar peut signaler la présence d'un radar fixe automatique grâce à la base de données dont il dispose. L'avertisseur de radar peut prendre la forme d'un boîtier GPS, d’un boîtier communicant permettant d’informer une communauté d’utilisateurs, ou même d'une application mobile avec, elle aussi, une communauté active.

Boîtiers antiradar

Ce type d'équipement est aussi visé dans le code de la route, puisqu'il s'agit d'un brouilleur antiradar. Ce boîtier vient perturber les ondes électromagnétiques émises par les radars et ainsi empêcher la mesure de la vitesse.

Que risque-t-on si l’on utilise un détecteur de radar ?

Toute personne utilisant un détecteur de radar, ou tout autre appareil visant à réduire voire à annuler l’efficacité des radars, est soumise à une amende de classe 5. L'automobiliste pris en flagrant délit est passible d'un retrait de six points sur son permis de conduire, d'une suspension du permis de conduire pendant trois ans, ainsi que d'une amende de 1 500 €.

 

À lire aussi : Les radars : comment les reconnaître et pourquoi sont-ils utiles ?

Assistant d’aide à la conduite : un équipement autorisé

Les assistants d’aide à la conduite restent des équipements autorisés en France. Ces appareils se distinguent des détecteurs et des avertisseurs de radar car ils ne localisent pas précisément la présence des radars. Au contraire, ils indiquent seulement des zones dangereuses demandant la vigilance des automobilistes. Dans ces zones dangereuses, des radars sont parfois mis en place.

 

Bon à savoir 
Pour savoir si vous utilisez un équipement légal en France, vérifiez si l'appareil que vous avez choisi dispose bien de la mention NF. 

 À lire aussi : Le radar pédagogique, un dispositif à vocation préventive

La Matmut vous accompagne

Avant de prendre le volant, pensez à assurer votre véhicule. Pour votre assurance auto, Matmut propose un contrat composé de différentes formules de garanties modulables, selon votre budget et vos besoins.

Devis en ligne