Menu
Accueil / Assurance Auto / Conseils / Contrôle technique : les évolutions de 2018

Contrôle technique
Les évolutions de 2018

Publié en mars 2018 - Mise à jour en janvier 2019

Il était prévu à partir du 1er janvier 2019 de renforcer le contrôle de l'opacité des fumées des véhicules diesel. Un arrêté du 20 décembre 2018 a acté le report au 1er juillet 2019 du durcissement de ce contrôle technique.

Depuis le 20 mai 2018, le contrôle technique a évolué. Plus strict et plus onéreux, il a pour objectifs de diminuer la mortalité des automobilistes, d'améliorer la qualité du parc automobile et d'harmoniser les règles au sein de l'Union Européenne.

Un contrôle technique renforcé

Dès le 20 mai 2018, le contrôle technique devient beaucoup plus strict :

Des points supplémentaires s’ajoutent aux 124 existants pour atteindre 132 points de vérification.

Le nombre de défaillances notables passe de 450 à 668.

3 niveaux de défaillances au lieu de 2 auparavant  :

  • niveau de défaillance mineure : n'a aucune incidence notable sur la sécurité du véhicule ou sur l'environnement. Dans ce cas, aucune contre-visite n'est à prévoir,
  • niveau de défaillance majeure : susceptible de compromettre la sécurité du véhicule, d'avoir une incidence négative sur l'environnement ou de mettre en danger les autres usagers de la route :
    • durée de validité du contrôle technique : 2 mois à partir du contrôle,
    • la contre-visite est à prévoir dans un délai de 2 mois suivant le contrôle.
  • niveau de défaillance critique : constitue un danger direct et immédiat pour la sécurité routière ou a une incidence grave sur l'environnement :
    • durée de validité du contrôle technique : 24 heures,
    • la contre-visite est à prévoir dans un délai de 2 mois suivant le contrôle.

La durée de validité du contrôle technique est de 4 ans la première fois, puis de 2 ans pour les fois suivantes. En ce qui concerne les véhicules de collection en circulation après le 1er janvier 1960, sa durée de validité est de 5 ans, tandis que pour ceux en circulation avant cette date, aucun contrôle technique n'est à prévoir.

Un contrôle technique plus coûteux

Le nombre de points plus importants à vérifier en mai 2018 aura un impact sur le temps passé par contrôle et sur la qualification des contrôleurs techniques. Ceci explique alors l'impact sur le coût du contrôle technique.

Dès le 1er janvier 2019, tous les centres de contrôle devront être équipés d’opacimètres afin d’évaluer la qualité de l’échappement des moteurs diesel, ce qui permettra à terme de délivrer ou non la vignette CRIT’AIR.

En savoir + sur les vignettes CRIT'AIR

Amendes encourues par l’automobiliste

Si non-respect des obligations de contrôle technique :

  • amende forfaitaire de 135 €,
  • immobilisation du véhicule,
  • mise en fourrière.

En cas de contrôle par les forces de l'ordre (police ou gendarmerie), votre carte grise peut être retenue et vous disposez de 7 jours pour faire effectuer le contrôle technique. Une fiche de circulation provisoire vous est remise pour vous permettre de réaliser le contrôle technique. Une fois le contrôle effectué, vous devez, pour récupérer votre certificat d'immatriculation, présenter un procès-verbal portant la lettre A (favorable) au commissariat ou à la gendarmerie.

Retour à la liste des articles

La Matmut vous accompagne

Devis en ligne

Simple et rapide !

Contre-visite contrôle technique

À lire aussi :

Contre-visite suite à un contrôle technique : comment ça marche ?

Lors d’un contrôle technique, certaines défaillances peuvent entraîner des réparations et une contre-visite. Dans quels cas cela est-il nécessaire et comment se déroule une contre-visite de contrôle technique ?