Menu
Accueil / Assurance NVEI / Conseils / EDP motorisés : quels sont les équipements obligatoires… et ceux conseillés ?

EDP motorisés : quels sont les équipements obligatoires… et ceux conseillés ?

Publié en septembre 2020

Les EDP (engins de déplacement personnels) motorisés, ce sont notamment les trottinettes électriques, skateboards électriques et autres gyropodes. Ces moyens de déplacement très pratiques ont fait l’objet de réglementations, en particulier en ce qui concerne les équipements, obligatoires ou conseillés, pour s’en servir sur la voie publique. Décryptage.

EDPM : les équipements obligatoires

Il existe une liste précise des équipements obligatoires pour conduire une trottinette électrique, un gyropode ou un skateboard électrique. L’objectif ? Assurer la visibilité et la sécurité des utilisateurs et des passants.

Les feux de position avant et arrière

Depuis le 1er juillet, trottinettes électriques, gyropodes et skates électriques doivent être équipés de feux de position, à l’avant comme à l’arrière. En effet, ces éléments sont indispensables pour être bien vu des autres usagers de la route – rappelons à cet égard que les EDPM ne doivent pas être conduits sur les trottoirs, sauf s'ils sont tenus à la main. Il peut ainsi s’agir de feux fournis dès l’achat par le constructeur, ou ajoutés par la suite.

L’avertisseur sonore

De même, depuis le début du mois de juillet 2020, il est obligatoire de disposer d’un avertisseur sonore sur les trottinettes électriques, skateboards électriques et gyropodes. La loi ne précise pas, en revanche, le volume sonore minimal de cet équipement : le tout est de s’assurer que le son produit sera suffisamment puissant pour être entendu par les conducteurs des voitures aux alentours.

Le système de freinage

Frein moteur, électrique, sur roue avant, sur roue arrière… tous les EDPM doivent désormais être équipés d’un système de freinage. C’est une question de sécurité, pour les usagers de ces équipements comme pour les passants !

L’assurance

Si les opérateurs de free floating disposent d’une assurance qui s’applique à tous leurs utilisateurs, les particuliers qui font l’achat d’une trottinette électrique, par exemple, doivent posséder leur propre assurance. Celle-ci pourra intervenir en cas d’accident et de dommages, physiques ou matériels.

Le vêtement ou équipement rétroréfléchissant

Une nouvelle fois dans une optique de protection des utilisateurs, il est obligatoire en trottinette électrique ou en skateboard électrique de porter un équipement rétroréfléchissant : vêtement, brassard… Cet équipement doit être non éblouissant et non clignotant.

Le système de bridage

Les EDPM ne doivent pas rouler à plus de 25 km/h. Si les modèles les plus récents sont pour la plupart bridés, et ne peuvent donc dépasser cette vitesse, ce n’est pas forcément le cas des références les plus anciennes. Ces dernières doivent donc être équipées d’un système de bridage !

À lire aussi : Circulation des trottinettes électriques et réglementation : tout ce qu'il faut savoir

Les équipements recommandés

En plus de ces équipements obligatoires, certains sont particulièrement recommandés pour maximiser la sécurité des usagers : le casque, les protections pour les articulations, le phare et les tenues voyantes.

Le casque

Cela pourrait en surprendre certains, mais le casque n’est pas obligatoire lorsque l’on roule en trottinette électrique ou en gyropode. C’est pourtant l’équipement facultatif le plus important avec un EDPM. En effet, ces engins circulent soit sur les pistes cyclables, soit sur les voies limitées à 50 km/h. Autant dire que c’est l’occasion de croiser de nombreux autres usagers de la route, et qu’un accident sans protection de la tête pourrait avoir des conséquences dramatiques.

En revanche, L'autorité investie du pouvoir de police de la circulation peut, par décision motivée, autoriser la circulation des EDP motorisés sur les routes dont la vitesse maximale autorisée est inférieure ou égale à 80 km/ h, sous réserve que l'état et le profil de la chaussée ainsi que les conditions de trafic le permettent.

Dans cette hypothèse, le conducteur de l’EDP motorisé doit alors être coiffé d'un casque conforme à la réglementation relative aux équipements de protection individuelle, qui doit être attaché.

Les coudières et genouillères

En cas de chute en EDP, les articulations sont les premières à être touchées. C’est pourquoi il est particulièrement recommandé de s’équiper de coudières et de genouillères. Celles-ci permettront de « limiter les dégâts » lors d’une perte de contrôle.

Le phare

Rouler la nuit, c’est être vu – grâce aux feux de position avant et arrière. Mais c’est aussi voir ce qui se passe sur la chaussée. Il est ainsi vivement recommandé d’équiper sa trottinette électrique d’un phare, attaché au guidon. Celui-ci permettra de mieux voir les passants et les éventuels défauts sur la route, qui pourraient occasionner des chutes et des pertes de contrôle.

Une tenue colorée

Veste noire, pantalon noir sur une trottinette électrique ? Mieux vaut éviter ! Les tenues colorées sont recommandées lorsque l’on roule avec un EDPM. L’objectif ? Être visible plus longtemps lorsque le soleil commence à se coucher…

La Matmut vous accompagne

La Matmut vous assure sur les nouvelles mobilités urbaines et propose une offre adaptée. Grâce à l’offre 2R Mobilité, dédiée aux EDPM, ou 2R Liberté, spécifique aux vélos et VAE, trouvez une assurance adaptée à vos besoins et découvrez les avantages dont vous pouvez bénéficier.

Nous contacter

Sécurité piétons nos conseils prévention

À lire aussi : 

Sécurité piétons : nos conseils prévention

Automobilistes, deux-roues et piétons se partagent mutuellement la route.

Même si le piéton est toujours prioritaire, il doit respecter des règles du Code la route, sous peine d'être puni d'une amende de 4 euros.

Retrouvez tous nos conseils de prudence.