Menu
Accueil / Assurance Habitation / Conseils / Cohabitation intergénérationnelle : comment ça marche ?

Cohabitation intergénérationnelle : comment ça marche ?

Publié en juin 2020

La cohabitation intergénérationnelle, repose sur un principe simple : le partage d’un appartement – ou d’une maison – entre deux personnes qui n’ont pas le même âge. Le plus souvent, il s’agit d’un retraité et d’un étudiant. Comment ça marche ? Quels sont les avantages et les inconvénients de cette solution ? La Matmut vous explique tout !

Qu’est-ce que la cohabitation intergénérationnelle ?

La cohabitation intergénérationnelle a été introduite dans le droit français par la loi Elan de novembre 2018. Elle existait néanmoins avant cette date, dans le cadre d’un contrat de location classique. Elle repose sur un principe de solidarité : avec la cohabitation intergénérationnelle, un senior (60 ans et plus) propose une chambre dans son logement à un jeune de moins de 30 ans en échange de petits services (sortir les poubelles, aller faire quelques courses, tondre la pelouse…). Ce dernier s’acquitte, lui, d’un loyer modeste.
La cohabitation intergénérationnelle est avant tout une belle expérience humaine. Elle permet à la personne âgée de bénéficier d’une aide et d’une présence, luttant ainsi contre son isolement, et à l’étudiant d’être logé à bas coût. Ce mode de fonctionnement contribue ainsi à la transmission entre les générations !

Les avantages de la cohabitation intergénérationnelle…

La cohabitation intergénérationnelle repose sur un accord gagnant-gagnant. La personne âgée va bénéficier d’une aide financière (via le loyer payé par son colocataire) et d’un « coup de main » pour la vie de tous les jours. L’étudiant va, lui, pouvoir se loger pour peu cher, sinon gratuitement. Il pourra même avoir accès à des quartiers plus huppés que ceux où se trouvent traditionnellement les résidences étudiantes. Il pourra, par ailleurs, apprendre de nouvelles choses, comme une langue étrangère, le jardinage, le bricolage…
Pour le senior comme pour l’étudiant, la cohabitation intergénérationnelle apporte un véritable « plus » en termes de lien social : le premier aura une personne avec qui parler tous les jours, le second, souvent isolé lorsqu’il fait ses études loin de son foyer, retrouvera quelqu’un avec qui discuter après les cours.
Notons, enfin, qu’un bail de cohabitation intergénérationnelle permet à toutes les parties prenantes de bénéficier des APL. Un coup de pouce non-négligeable !

À lire aussi : Zoom sur les solutions de logements pour les étudiants

… et les inconvénients

Signer un contrat de cohabitation intergénérationnelle, c’est bien sûr prendre quelques risques qui, s’ils sont minimes, ne sont pas inexistants. Ainsi, étudiant comme personne âgée devront s’adapter au rythme de l’autre et à ses habitudes. Patience, bienveillance et tolérance peuvent être les maîtres-mots des premières semaines de cette cohabitation entre générations différentes.
Ne doivent donc se lancer dans une cohabitation intergénérationnelle que les personnes qui ont le sens du partage, veulent se rendre disponibles pour l’autre et ont l’envie de s’impliquer, un minimum, dans la vie d’une personne jusque-là inconnue. Ce type de contrat, c’est la rencontre entre deux mondes différents, une rencontre qui peut s’avérer passionnante et enrichissante, mais qui demande avant tout un certain état d’esprit !

Une charte pour accompagner la cohabitation intergénérationnelle

Heureusement, et si dans la majorité des cas la cohabitation intergénérationnelle se passe bien, il est possible de trouver une charte, baptisée « Un toit, deux générations ». Éditée par les pouvoirs publics et la Fondation nationale de gérontologie (FNG), elle peut être signée en même temps que le contrat de bail.
Elle réaffirme notamment quatre grands principes pour que la cohabitation soit réussie entre les générations :

-       pour la personne âgée, un logement décent devra être mis à la disposition de l’étudiant ;

-       elle s’engage également à faire procéder aux « menues réparations » dans un délai raisonnable ;

-       la personne qui est hébergée, elle, devra s’occuper seule de l’entretien de sa chambre ;

-       elle devra par ailleurs éviter de troubler le voisinage, de quelque manière que ce soit.

Où trouver une cohabitation de ce type ?

Plusieurs associations et organismes proposent des offres de cohabitation intergénérationnelle, qu’elles soient formulées par des personnes âgées ou des étudiants. Citons, par exemple, le réseau Cosi (Cohabitation solidaire intégénérationnelle) ou encore Ensemble2générations, deux structures recommandées par le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. Il est aussi possible de déposer une annonce dans les universités !

À lire aussi : Bail de colocation : à quoi faut-il faire attention ?

La Matmut vous accompagne

Découvrez en détail la formule d’assurance habitation de la Matmut pour les jeunes (et moins jeunes) avec de nombreuses garanties incluses pour une meilleure protection. Faites votre devis en ligne en quelques minutes seulement.

Devis en ligne