Menu
Accueil / Assurance Habitation / Conseils / Zoom sur les solutions de logements pour les étudiants

Zoom sur les solutions de logements pour les étudiants

Publié en avril 2020

Une fois le bac en poche, c’est le début du parcours supérieur pour les étudiants. Cette étape universitaire est souvent associée au départ du foyer familial, avec les difficultés de logement que cela engendre pour le nouvel étudiant et pour ses parents. Colocation, résidence universitaire, foyer, chambre chez l’habitant : quelles sont les solutions ? La Matmut vous conseille. 

Se loger en résidence universitaire

 

Lorsqu’il est question de trouver un logement étudiant, la solution en résidence universitaire est de loin la plus économique. Au sein de ces résidences gérées par le CROUS, les chambres sont accessibles à partir de 200 € par mois environ. Mais à ce prix-là bien entendu, les places sont limitées. L’équation serait bien trop simple sinon. En effet, moins de 10 % des étudiants seulement y ont accès, c’est pourquoi les places sont destinées en priorité aux étudiants boursiers.

Outre des loyers très bon marché, ces résidences universitaires offrent aussi une situation géographique privilégiée, car implantées la plupart du temps près des universités et des centres de formation. Autre avantage pour les étudiants : les services proposés sur place tels que laverie, wifi ou encore salles communes.

Il faut souligner toutefois que toutes les résidences ne se valent pas, et si certaines sont récentes d’autres le sont beaucoup moins. À noter également que la surface très réduite de certaines chambres pourra en freiner certains.

Dans un logement étudiant en résidence universitaire traditionnelle, la chambre la moins chère ne fait que 9 m², meublée avec un lavabo. La cuisine et les sanitaires sont collectifs.

L’option résidence conventionnée

 Moins connue mais aussi plus coûteuse que la résidence universitaire traditionnelle, la résidence conventionnée est une autre solution de logement pour les étudiants. Les logements des résidences conventionnées, également gérées par le CROUS, sont meublés et entièrement équipés pour vivre. En plus d’un espace nuit et d’un espace de travail, ces logements HLM sont pourvus d’un coin cuisine, de toilettes et d’une salle de bains.

Fini la cuisine et les sanitaires collectifs, il s’agit de studio et d’appartement de type T1, T1 bis, T2 et T3.

Pour ces logements plus spacieux et offrant plus d’indépendance, il faut compter un loyer moyen de 400 € par mois pour un T1. Ces logements HLM ouvrent aussi le droit aux APL si vous en faites la demande auprès de la CAF de votre département.

Se loger en résidence privée

Louer un logement dans une résidence étudiante privée, c’est ce que fait 1/3 des étudiants. Bien que les prix soient presque aussi élevés que pour la location d’un appartement privé, ces locations ont l’avantage de proposer des services tels que le ménage, une petite restauration ou encore une laverie. Cela permet d’économiser en évitant par exemple de devoir s’équiper en électroménager à la rentrée, et minimise ainsi la logistique lors de l’emménagement.

Pas besoin non plus de s’acquitter des démarches pour les abonnements à l’eau, au gaz, à l’électricité ou encore à internet, dans ces résidences tout est déjà en place. Autre avantage, cela permet de rester au contact d’autres étudiants et de faire connaissance, notamment dans les parties communes telles que les salles de restauration, ou les salles de sport et espaces multimédias lorsque les résidences en sont dotées.

Autre avantage des résidences privées, elles sont souvent implantées près des universités, des transports et des commodités. C’est ce qui explique aussi leurs tarifs assez importants. Comptez 550 € environ pour un studio meublé. À noter que ces résidences privées sont également éligibles à l’Aide Personnalisée au Logement (APL) versée par la CAF, selon les conditions de ressources de l’étudiant.

Le FJT

 Créés à la base pour les personnes exerçant une activité professionnelle, les foyers de jeunes travailleurs louent des chambres à des jeunes âgées de 16 à 25 ans, voire 30 ans. Désormais aussi appelés « Habitat jeunes », les FJT s’adressent principalement aux jeunes en situation de précarité exerçant une activité professionnelle ou suivant une formation. Les personnes en stage ou en formation peuvent donc avoir accès à un logement en habitats jeunes. L’hébergement peut durer de quelques mois jusqu’à deux ans, maximum. La demande s’effectue auprès du foyer de son choix dont les coordonnées peuvent être obtenues en mairie.

Vivre en colocation

Si ce mode de vie semble être tendance chez les jeunes, seuls 13 % des étudiants optent pour la colocation. Ses avantages sont nombreux à commencer par les coûts qui sont bien moins importants que lors d’une location individuelle. Au-delà d’un loyer nettement inférieur, l’avantage de la colocation, c’est aussi le partage des factures à la fin du mois. Par ailleurs, vivre dans un logement en colocation permet aussi de bénéficier de l’APL auprès de la CAF. Mais si l’argument financier est non négligeable en colocation, ce qui fait son charme pour de nombreux étudiants, c’est justement le fait de vivre « en coloc’ ». Repas partagé, soirée ciné, console ou jeux de société : la colocation se transforme en microsociété et les colocataires en 2e famille.

Attention toutefois à rester concentré sur ses études et à ne pas trop faire la fête. Par ailleurs, la vie en colocation peut aussi ne pas convenir à tout le monde. Les personnalités indépendantes et introverties peuvent ne pas y trouver leur bonheur. Il en va de même pour celles et ceux qui aiment avoir leur espace et recherchent le calme pour travailler et se reposer. L’ordre et l’hygiène peuvent aussi être des motifs de dispute au sein d’un logement partagé.

La location d’une chambre chez l’habitant

Autre solution de logement pour les étudiants, la location d’une chambre chez l’habitant ne concerne que 2 % des étudiants. La chambre chez l’habitant est une façon de vivre qui repose sur la cohabitation et le partage. Un propriétaire met à la disposition d’un locataire une partie du logement dans lequel il vit lui aussi. Comme pour une location classique, le propriétaire établit un bail de location afin de sceller la relation entre l’étudiant alors locataire, et le propriétaire.

Cette solution de logement n’est ni vraiment une colocation, ni une location traditionnelle, mais elle permet de bénéficier d’une chambre meublée et d’avoir accès aux parties communes à moindre coût. La chambre doit faire au minimum 9 m² et comprendre une porte, une fenêtre, un lit, des rangements, un bureau, une chaise et un éclairage. Par ailleurs, louer une chambre chez l’habitant permet également de bénéficier des APL. À noter également que le propriétaire est en droit de faire signer un règlement intérieur, précisant notamment le droit ou non de fumer, d’avoir des animaux domestiques, ou encore les heures de visite.

Louer un appartement individuel dans le privé

 Selon ImmoJeune, 42 % des étudiants ont recours au parc privé en France. Si l’appartement individuel permet de l’aménager à sa guise et d’y faire ce qu’on veut quand on veut, louer un appartement est une solution de logement coûteuse pour un étudiant. Les prix au mètre carré sont très élevés, en particulier dans les grandes villes. Au loyer, il faut en plus ajouter toutes les charges (électricité, gaz, eau, internet, etc.) ainsi que l’assurance habitation. Le dépôt de garantie (souvent égal au montant de deux loyers) laissé au propriétaire à la remise des clés peut aussi être un frein pour un étudiant, au même titre que les difficultés pour trouver un garant. Mais bonne nouvelle encore une fois, même en vivant seuls dans un appartement, les étudiants peuvent aussi bénéficier de l’APL de la part de la CAF. Selon la situation de l’étudiant, cette aide peut aller jusqu’à 295 € par mois.

La Matmut vous accompagne

La Matmut assure votre logement grâce à ses formules d’assurance habitation adaptées à vos besoins.

Découvrez l’assurance Étudiants Matmut qui vous offre une couverture optimale à un tarif avantageux pour les jeunes

Devis en ligne

Trouver un garant pour un logement étudiant : les solutions

À lire aussi :

Trouver un garant pour un logement étudiant : les solutions

Le bac obtenu avec succès, il est temps de se tourner vers les études supérieures. Au revoir le cocon familial et bonjour l’indépendance. Avec cette nouvelle vie vient aussi la location de votre premier logement. Le bailleur peut vous demander une caution. Qui peut se porter garant pour un logement étudiant ? On vous présente les possibilités.