Menu
Accueil / Assurance Habitation / Conseils / Chauffage d’appoint au gaz ou électrique : les risques

Chauffage d’appoint au gaz ou électrique : les risques

Publié en janvier 2022

Très utile pour gagner quelques degrés dans une pièce, le chauffage d’appoint ne demeure pas sans risques. Qu’ils soient électriques ou au gaz, ces appareils mobiles peuvent présenter des dangers. Quels risques encourt-on en les utilisant ? Comment prévenir les accidents ? Voici les précautions à prendre lors de l’usage d’un chauffage d’appoint.

Chauffage d’appoint et risque d’incendie

Le chauffage d’appoint est peu coûteux à l’achat et est efficace pour chauffer une pièce rapidement. Très répandu, il s’utilise périodiquement et ponctuellement : dans une chambre d’amis, dans une salle de bain au moment de la douche, ou au printemps après avoir éteint le chauffage central.

Le choix parmi ces dispositifs est multiple : convecteurs électriques, radiateurs soufflants, poêles à bois, à gaz ou à pétrole… Ils sont généralement très réactifs et apportent rapidement de la chaleur. Néanmoins, toutes ces énergies (bois, électricité, gaz, pétrole) peuvent engendrer des accidents en cas de mauvaise utilisation – le risque numéro 1 étant l’incendie.

Poêles à pétrole et à gaz

Le risque d’incendie est l’un des premiers dangers liés à l’utilisation d’un chauffage d’appoint. Les fabricants de poêles à pétrole ou à gaz sont soumis à des règles de sécurité strictes. De fait, la cause principale d’incendie ne dépend que très peu du chauffage d’appoint lui-même. Une mauvaise manipulation de l’appareil est souvent à la source de l’incident.

Pour éviter tout risque d’incendie, il faut veiller à : 

  • Placer son chauffage d’appoint dans une pièce spacieuse, sèche et aérée ;
  • L’installer éloigné de tout matériel inflammable (rideau, tapis, meuble, moquette) ;
  • L’éloigner des murs ;
  • Le remplir uniquement lorsqu’il est éteint et froid ;
  • Ne pas le déplacer lorsqu’il est en fonctionnement ou encore chaud ;
  • Le manipuler précautionneusement pour éviter tout risque de fuite ;
  • Choisir un combustible adapté et à l’utiliser sous surveillance, en l’éteignant après usage ;
  • Ne pas stocker les bidons de pétrole ou les bouteilles de gaz à proximité du poêle.

Convecteurs électriques

Les convecteurs électriques peuvent également causer un départ de feu, notamment sur les modèles anciens. Le danger le plus courant est le contact du radiateur avec un tissu ou du papier : un torchon, une écharpe, un journal… Ainsi, il faut éviter de faire sécher quoi que ce soit sur un chauffage d’appoint électrique.

Le convecteur électrique mobile doit être placé à distance de tout objet inflammable et doit être éteint après chaque utilisation. Le logement doit également être équipé d’un détecteur de fumée.

À lire aussi : Humidité, incendie : que faut-il vérifier pour éviter les sinistres ?

Les risques d’intoxication au monoxyde de carbone

Les intoxications au monoxyde de carbone sont la première cause de mortalité accidentelle par toxicité en France, faisant plus de 3 000 victimes par an. Une mauvaise combustion peut être la source d’émanations toxiques inodores, causant des maux de tête, des nausées, des vomissements ainsi qu’une perte de conscience et un risque de décès important. Ainsi, un poêle ancien ou non révisé peut constituer un vrai risque.

Pour diminuer les risques d’intoxication avec un chauffage d’appoint, pensez à :

  • Ventiler régulièrement la pièce dans laquelle l’appareil est situé ;
  • Vous procurer des équipements homologués (certifications NF et CE) ;
  • Placer un détecteur de monoxyde de carbone dans la pièce.

Chauffage d’appoint : le cas de l’électrocution

Dans ce cas précis, ce sont les radiateurs électriques mobiles qui sont à risque. S’ils ne sont pas entretenus (et que des fils sont dénudés, par exemple) ou s’ils sont installés dans des pièces humides, avec de l’eau à proximité, ils peuvent provoquer une électrocution.

Pour une utilisation dans une salle de bain, il convient d’opter pour des dispositifs contenant un indice de protection suffisant (indice IP44). Placez votre chauffage d’appoint à distance des sources d’eau (lavabo, baignoire, douche) et vérifiez que votre tableau électrique détient un interrupteur différentiel 30 mA, vous protégeant contre les risques de chocs électriques.

Les brûlures graves

Le chauffage d’appoint, en dégageant de la chaleur, peut également provoquer des brûlures en cas de mauvaise utilisation. Il convient de tenir les enfants éloignés des appareils, de ne pas les laisser allumés sans surveillance et de bien penser à les éteindre en quittant la pièce.

Les appareils au gaz ou électriques ne sont pas les seuls à constituer un danger : les cheminées et les poêles à bois présentent également des risques. Restez donc vigilant en les utilisant.

À lire aussi : Comment réduire les risques d’incendie dans son logement ?

La Matmut vous accompagne

 Avec l'assurance multirisque Habitation Matmut, vous bénéficiez notamment d'une garantie incendie. Si votre logement devait prendre feu, cette garantie prend en charge les dégâts.

Devis en ligne

4 conseils pour éviter un dégât des eaux

A lire aussi :

4 conseils pour éviter un dégât des eaux

Les dégâts des eaux sont les sinistres les plus fréquents, chaque année, dans les habitations des Français. Et les causes peuvent être nombreuses : problème d’étanchéité de la toiture ou des murs, joints défectueux, lave-linge ou lave-vaisselle qui déborde, etc. Des sinistres qui pourraient être évités grâce à une bonne vigilance et à des réflexes simples. Entretien régulier, contrôle des arrivées d’eau et des joints, prudence lors des absences : retrouvez nos 4 conseils pour éviter et anticiper un dégât des eaux.