Menu
Accueil / Assurance Auto / Conseils / Comment choisir une voiture aménagée pour une personne handicapée ?

Comment choisir une voiture aménagée pour une personne handicapée ?

Publié en août 2019

Le transport d’une personne à mobilité réduite nécessite d’acheter une voiture adaptée. C’est également le cas pour une personne en situation de handicap souhaitant garder son autonomie et conduire. Le point sur les critères auxquels faire attention pour choisir une voiture aménagée pour une personne handicapée.

Comment choisir une voiture pour le transport d’une personne handicapée ?

Un véhicule aménagé est indispensable pour transporter une personne ayant un handicap moteur grave l’empêchant de passer d’un fauteuil roulant à un autre espace.

Les questions à se poser

Acheter une voiture aménagée pour une personne handicapée doit être un acte réfléchi. De nombreux éléments sont à prendre à compte pour choisir le bon véhicule. Tout d’abord, il faut identifier les besoins afin de définir s’il faut opter pour un monospace, un ludospace ou une fourgonnette. Combien de personnes en fauteuil(s) roulant(s) doivent être transportées ? S’agit-il d’enfants ou d’adultes ? Leur transport sera-t-il fréquent ou occasionnel ? Combien faut-il de places assises ? Des réponses à ces questions peuvent faciliter le choix entre acheter un véhicule aménagé de base pour les personnes à mobilité réduite ou une voiture à transformer. Il faut également penser à l’accessibilité du véhicule et à la fixation du fauteuil au sol. 

Achat d’occasion : à quoi faire attention ?

Une voiture aménagée pour transporter un ou plusieurs passagers en fauteuil roulant a un coût. Il est possible de trouver des véhicules transformés sur le marché de l’occasion. Toutefois, il est impératif de redoubler d’attention sur l’état de la voiture et de l’aménagement. Sont à vérifier le dispositif permettant de fixer le fauteuil au sol, le système d’accès et la présence de l’homologation handicap sur la carte grise.

Le saviez-vous ?
Tout véhicule acheté et ensuite aménagé pour transporter une personne en fauteuil roulant doit être homologué. Il convient de déclarer à la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) si des changements structurels du véhicule ont été effectués (exemple : ajout d’une rampe d’accès). La déclaration à la DREAL permet d’obtenir une carte grise portant la mention « handicap ».

Que vérifier pour acheter une voiture adaptée à un conducteur handicapé ?

Une personne en fauteuil roulant peut conduire une voiture. Il est possible d’aménager l’espace de conduite en fonction de ses capacités. Des aides financières existent permettant d’alléger le montant à débourser pour un aménagement de voiture. La Prestation de Compensation Handicap (PCH) en fait partie.

Quel est l’accès au véhicule ?

L’accessibilité au poste de conduite doit être la plus adaptée possible. Le conducteur doit pouvoir ouvrir les portes de la voiture sans difficulté et profiter d’une ouverture maximale. Il est conseillé de privilégier les portes coulissantes ou escamotables. Selon le niveau du handicap, une poignée et un marchepied rétractable peuvent suffire à aider la personne à s’installer au volant. Un plateau de transfert peut être nécessaire si le conducteur n’a pas assez de force pour s’installer sur le siège. Il est également possible que le conducteur reste dans son fauteuil roulant. Il faut alors penser à ce que la voiture soit dotée d’une plateforme élévatrice et que le plancher soit abaissé.

Quels changements pour le poste de conduite ?

L’aménagement du poste de conduite pour une personne handicapée en fauteuil roulant dépend de son niveau de handicap. Définir les besoins du conducteur est indispensable afin de réaliser les transformations nécessaires à son contrôle du véhicule. Il doit pouvoir accélérer, freiner et suivre une trajectoire sans problème. Il faut également que le conducteur puisse maîtriser les commandes secondaires (feux, essuie-glaces, etc.). L’usage d’une boîte automatique permet de faciliter la conduite. Parmi les adaptations possibles :

  • si les membres inférieurs ne sont pas opérationnels, l’installation d’un accélérateur/frein sous forme de levier,
  • si les membres supérieurs ne sont pas opérationnels, la mise en place d’un volant au pied. Les commandes secondaires peuvent être actionnées via un boîtier fonctionnant par reconnaissance vocale,
  • si seulement un membre inférieur n’est pas opérationnel, les pédales doivent être inversées - si le pied droit ne peut pas être utilisé,
  • si seulement un membre supérieur n’est pas opérationnel, une boule au volant doit être installée pour aider à mieux gérer la direction,
  • si le conducteur est de petite taille, il est possible d’adapter la taille du volant, rehausser les pédales et modifier le siège conducteur.

Il est rare de trouver un véhicule parfaitement adapté à son handicap. Bien souvent, les personnes choisissent d’adapter sur mesure la voiture plutôt que d’en acheter une provenant d’un catalogue constructeur de modèles en série aménagés.

Le saviez-vous ?
Sur son site officiel, l’administration française indique que « Le malus sur les véhicules neufs, la taxe CO2 sur les véhicules d'occasion ainsi que la taxe annuelle sur les véhicules polluants ne s'appliquent pas sur un véhicule :
- immatriculé voiture particulière carrosserie "handicap",
- ou acquis par une personne titulaire de la carte mobilité inclusion portant la mention invalidité,
- ou par une personne ayant un enfant mineur ou à charge dans son foyer fiscal qui est titulaire de cette carte. » *

Retour à la liste des articles

La Matmut vous accompagne

Tout véhicule terrestre à moteur doit être assuré pour conduire dans le respect de la loi : trouvez la solution d’assurance auto adaptée à vos besoins parmi nos différentes formules. De plus, nos assurés profitent de services auto spécifiques.

Devis en ligne

Handicap : carte de stationnement

À lire aussi :

Handicap : comment obtenir une carte européenne de stationnement ?

La carte européenne de stationnement permet à toute personne en situation de handicap de stationner sur toutes les places ouvertes au public, et ce gratuitement et sans limitation de durée. Elle s’appelle, depuis le 1er janvier 2017, CMI, pour « Carte mobilité inclusion ». Comment l’obtenir ? Quels sont les critères observés et les démarches à effectuer ? La Matmut vous explique tout.