Menu
Accueil / Assurance Auto / Conseils / 8 conseils pour bien conduire une voiture sans permis

8 conseils pour bien conduire une voiture sans permis

Publié en novembre 2020 - Mis à jour en janvier 2021

Principalement utilisées en ville, par des publics très divers, les voitures sans permis pèsent moins de 350 kg et sont limitées à deux places — le conducteur et un passager. De fait, leur conduite s’avère moins “technique” que celle des véhicules classiques... mais cela ne signifie pas pour autant qu’elle est facile. Voici huit conseils pour conduire une voiture sans permis et ne prendre aucun risque.

Vérifiez que vous en avez le droit

La conduite d’une voiture sans permis est ouverte, comme l’indique le nom de ces véhicules, à toutes les personnes qui ne sont pas titulaires du permis de conduire. Cependant, il existe deux conditions. D'une part, il faut être âgé d’au moins 14 ans. D'autre part, les personnes nées après 1987 doivent être titulaires du BSR (Brevet de sécurité routière) ou, depuis sa création en 2013, du permis AM. Il s’obtient après une courte formation.

À lire aussi : Voiture sans permis : que dit la loi en 2020 ?

Formez-vous, si nécessaire

Vous êtes né après 1987 et vous n’êtes pas titulaire du permis AM ou du BSR ? Ne prenez pas la route à bord d’une voiture sans permis, vous vous exposeriez à des sanctions en cas de contrôle. Le permis AM s’obtient auprès de n’importe quelle auto-école, après une formation de 8 heures au minimum. Cette dernière coûte entre 150 et 400 euros selon les établissements, et comporte notamment les modules suivants :

  • 1 heure de formation à la conduite hors circulation ;
  • 30 minutes au minimum sur le Code de la route ;
  • 3 heures au moins de formation à la conduite sur des voies ouvertes à la circulation publique ;
  • 1 heure sur la sensibilisation aux risques de la conduite.

Préparez vos trajets

Conduire une voiture sans permis, c’est composer au quotidien avec une vitesse bridée à 45 km/h. Si celle-ci peut être rassurante, elle interdit tout trajet sur les voies rapides (autoroutes, périphériques...). En effet, une “voiturette” serait alors beaucoup plus lente que les autres véhicules, lancés à 90-130 km/h. Il convient donc de préparer avec attention ses trajets, par exemple lorsque l’on prévoit de sortir d’une agglomération. Pour cela, il est malin de s’équiper d’un GPS, et de cocher l’option “Éviter les autoroutes” dans les réglages de l’appareil.

Adaptez votre conduite à votre allure

En ville, la vitesse est limitée, selon les rues, à 50 ou à 30 km/h. Votre voiture sans permis ne devrait donc pas être trop lente par rapport aux autres... si ces derniers respectent les limitations de vitesse bien sûr. Lorsque vous emprunterez des routes départementales ou nationales, en revanche, vous serez le moins rapide de tous, risquant de créer des embouteillages. Sur ces voies, regardez donc souvent dans votre rétroviseur et, lorsque c’est possible, serrez le bord de la route à droite (attention aux pistes cyclables !) pour faciliter les dépassements des autres usagers.

À lire aussi : La vitesse au volant : limitations en vigueur, les risques et les sanctions

Entraînez-vous : la boîte de vitesse est différente !

Une voiture sans permis, toujours équipée d’une boîte de vitesse automatique, ne possède que deux pédales : le frein et l’accélérateur. Si vous êtes habitué(e) à l’utilisation d’une boîte manuelle, il est conseillé de s’entraîner, sur un parking par exemple, avant de prendre la route. Attention : le pied gauche ne doit jamais être utilisé. Tout doit être fait avec le pied droit, pour éviter les accélérations brusques ou les coups de frein soudains.

Surveillez vos angles morts

Ce n’est pas parce que les voitures sans permis roulent plus lentement qu’elles ne peuvent pas causer de dommages en cas d’accident. De même, si elles pèsent moins que les SUV que l’on croise sur les routes, elles affichent tout de même 300 à 350 kg sur la balance. Veillez donc à bien surveiller vos angles morts — d’autant que les rétroviseurs extérieurs sont souvent assez petits. Cyclistes, piétons ou autres véhicules peuvent s’y trouver.

Ne consommez pas d’alcool avant de prendre le volant

C’est une évidence, mais c’est toujours mieux de le rappeler : ce n’est pas parce qu’une voiture sans permis se conduit sans permis qu’il est autorisé de boire avant de prendre le volant. Il s’agit en effet d’une infraction au Code de la route, qui s’applique aux conducteurs d’une voiturette. En cas d’ivresse au volant, les sanctions sont importantes :

  • Une amende de 135 euros, minorée ou majorée selon les cas ;
  • L’immobilisation du véhicule ;
  • Une interdiction de conduire (même une voiture sans permis) pouvant durer jusqu’à 5 ans.

Ne modifiez pas la voiture sans permis

Les voitures sans permis sont strictement réglementées. Elles doivent être bridées à 45 km/h, et ne comporter que deux places. Ne tentez donc pas de modifier ces caractéristiques techniques : vous vous exposeriez à de fortes amendes et à une immobilisation du véhicule, temporaire ou définitive.

À lire aussi : Peut-on assurer une voiture sans avoir le permis ?

La Matmut vous accompagne

Rouler sereinement avec une voiture sans permis, c’est aussi être bien assuré. C’est pourquoi la Matmut vous propose une formule d’assurance adaptée, avec une assistance 24h/24 et 7j/7 en cas de panne ou d’accident, et un réseau de réparateurs agréés dans toute la France.

Rouler avec un faux permis de conduire : quels sont les risques ?

À lire aussi :

Rouler avec un faux permis de conduire : quels sont les risques ?

En France, selon un rapport de l’Assemblée nationale, près de 3 millions de conducteurs feraient l’usage d’un permis de conduire falsifié. Une recrudescence de ces faux documents – généralement achetés au marché noir ou à l’étranger – qui a poussé les représentants de l’État à durcir les peines à ce sujet. Le point sur les risques auxquels s’exposent les conducteurs roulant avec un faux permis.