Menu
Accueil / Assurance Moto / Conseils / Comment bien conduire une moto en automne ?

Comment bien conduire une moto en automne ?

Publié en août 2020

Lorsque l’on roule à moto, il convient d’être attentif aux conditions météorologiques. C’est particulièrement vrai en automne, quand les températures commencent à baisser et que la nuit s’invite de plus en plus tôt. Alors, comment conduire une moto en automne sans prendre de risque ? De quoi faut-il s’équiper ? À quoi faut-il être attentif ? Faisons le point !

Les dangers de l’automne pour une moto

Conduire une moto, c’est, encore plus qu’en voiture, rester attentif aux conditions extérieures. L’automne, celles-ci peuvent rendre la route encore plus exigeante. Décryptage.

Une météo capricieuse

En France, on a coutume de dire que l’automne est notre « saison des pluies ». Pourtant, selon Météo France, les gouttes s’inviteraient plus souvent en hiver dans nos trajets ! Il n’en reste pas moins qu’après l’été, le climat change radicalement dans l’Hexagone. Et que les pluies ne sont pas rares.

C’est donc le premier danger à surveiller lorsque l’on conduit une moto en automne. Les pluies vont en effet entraîner une baisse de la visibilité et rendre la route très glissante. Elles peuvent même, en particulier les semaines qui suivent l’été, faire ressortir du béton les traces de gras et de gasoil. Lesquelles formeront de fines pellicules glissantes.

Par ailleurs, au fur et à mesure de l’avancée de l’automne et de l’arrivée de l’hiver, les épisodes de gel matinaux peuvent être de plus en plus fréquents. Autant dire que l’adhérence des pneus peut être mise à rude épreuve…

Le danger des feuilles mortes

Avec la pluie, les feuilles mortes constituent l’autre image que l’on a tous de l’automne. Ce n’est pas une légende : elles peuvent constituer un véritable « tapis » sur la chaussée, particulièrement dangereux pour qui roule à moto.

En effet, les feuilles mortes, en se mettant entre le pneu et la route, réduisent l’adhérence de la moto. C’est encore plus vrai lorsqu’elles sont humides, que ce soit à cause de la pluie ou de la rosée matinale. Elles sont ainsi responsables de trop nombreuses glissades de motards suivies de chutes.

Des jours de plus en plus courts

Enfin, qui dit automne dit jours qui se raccourcissent. De fait, il n’est pas rare d’être surpris, pendant un trajet à moto, par le coucher du soleil.

De plus, le matin comme le soir, la lumière automnale est particulièrement rasante et éblouissante – surtout lorsqu’il a plu et que la route est mouillée. Cela crée de réels problèmes pour voir et appréhender son environnement immédiat, pour les motards comme pour les automobilistes. Lorsque l’on se trouve dans l’axe du soleil, il est aussi possible de ne pas bien voir les feux stop des voitures qui précèdent.

À lire aussi : Visibilité des deux-roues : comment éviter les pièges de la circulation ?

Conseils et équipements pour bien rouler en automne

Heureusement, il existe quelques astuces et conseils pour rouler sereinement à moto en automne. Voici ceux qu’il faudra avoir à l’esprit au moment de prendre la route entre octobre et décembre.

Augmenter les distances de sécurité

C’est une règle de prudence qui doit s’imposer à tous les motards : en automne, il faut impérativement revoir à la hausse ses distances de sécurité avec les autres véhicules. Fixez votre regard loin devant vous, réduisez votre vitesse et veillez à anticiper les mouvements des voitures. Freinez doucement, sans à-coups pour éviter l’aquaplaning et pour ne pas glisser sur les feuilles mortes. De même, accélérez progressivement : vous aurez ainsi toutes les chances de rester maître de votre moto.

S’équiper pour faire face aux conditions météorologiques

Bien conduire en automne, c’est d’abord s’adapter au froid et à l’humidité ambiante. Il faut donc s’équiper de vêtements (blouson, pantalon) chauds et hermétiques à la pluie. En plus des gants, prévoyez des manchons à fixer sur le guidon : ils vous aideront à supporter les pluies glaçantes éventuelles.

Équipez-vous, par ailleurs, de bottes imperméables et de chaussettes épaisses. Pour éviter d’être aveuglé par un soleil rasant, investissez dans des lunettes aux verres teintés. Elles constitueront un réel « plus » pour votre sécurité.

Bien conduire en automne, c’est aussi soigner les petits détails qui vous permettront de ne pas prendre froid. Colmatez donc toutes les entrées d’air de votre blouson et de votre pantalon. Vous pouvez également acheter des poignées et semelles chauffantes, pour encore plus de confort.

Une application pour sauver des vies

C’est aussi parce que l’automne est, par nature, une saison source d’accidents que la Matmut s’est associée à Liberty Rider. Cette application est proposée gratuitement à tous les sociétaires qui ont souscrit une assurance 2 roues.

Le principe ? Liberty Rider utilise les capteurs présents dans le smartphone, combinés à un puissant algorithme, pour détecter les accidents. L’application peut ainsi appeler automatiquement les secours, réduisant de fait le temps d’intervention et contribuant à sauver des vies !

À lire aussi : Rouler de nuit à moto

La Matmut vous accompagne

Conduire une moto en automne est un véritable plaisir, mais il peut vite tourner au cauchemar si vous manquez de vigilance. Pour vous protéger au maximum, en plus des bonnes pratiques à appliquer, pensez à vous doter d’une bonne assurance Moto. Cela tombe bien : la Matmut vous propose un forfait personnalisable et adapté à vos besoins

Devis en ligne

qu'est-ce que les stages de conduite matmut

À lire aussi : 

Qu'est-ce que les stages de conduite Matmut ?

La Matmut, positionnée comme complice de sécurité envers ses sociétaires, dispense tout au long de l’année des stages de conduite gratuits, dans chaque région de France. Ce sont plus de 3 000 places proposées aux sociétaires Matmut en 2018, en 4 roues et 2 roues.